« Discours raté et vide de sens ». C’est ainsi que le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree a jugé le discours du porte-parole du MMM sur l’économie, Kee Chong Li Kwong Wing, sur le dernier Budget. Intervenant juste avant le ministre, le député mauve n’a eu de cesse de réprouver le dernier exercice budgétaire, le qualifiant de « raté, décevant, qui manque d’imagination ».
« Ce pays n’a jamais vu des réprobations aussi unanimes. Ce Budget n’améliorera pas la vie des gens à cause des hausses des prix et des taxes indirectes et fera du tort aux pauvres » a fini par conclure le député de l’Opposition. Auparavant, il devait commenter le rapport PRB qui équivaut, selon lui, à « donner quelque chose tout en le reprenant ». En effet, selon Kee Chong Li Kwong Wing, si les fonctionnaires ont reçu 22 % d’augmentation salariale, « ils auront à contribuer 6 % au Fonds de pension et à payer la taxe. Le seuil du paiement de la taxe, lui, n’a pas été revu », dit-il. Quant aux retraités, est-il d’avis, « les Rs 144 de plus ne représentent rien lorsque nous considérons les milliards de roupies que le gouvernement a recueillies à travers la taxe indirecte. Pourquoi ne pas avoir augmenté la pension ? »
Des remous de protestations devaient suivre le commentaire du député, à quoi son collègue mauve Rajesh Bhagwan devait à son tour commenter : « Enn bonbonn gaz pa gagne ar sa ! »
Pour Kee Chong Li Kwong Wing, outre l’aide financière, le gouvernement aurait pu accorder aux PME d’autres formes de soutien telles des conseils en matière de gestion. Par ailleurs, le Youth Empowerment Programme n’est que la reprise d’un ancien programme, initié, dit-il, en 2006 sous l’Empowerment Programme. « Maintenant, le ministre des Finances vient annoncer un même programme sous une autre appellation. C’est du copier-coller. Il est clair que le gouvernement est à cours d’idées et de vision ».
Vasant Bunwaree, qui intervenait juste après, n’a pas manqué de revaloriser le discours du ministre des Finances. Il devait féliciter son collègue pour avoir réalisé « un Budget qui soit le plus adapté à l’île Maurice moderne ». S’il est vrai, selon lui, qu’au niveau du taux de croissance et du taux de chômage, « on ne s’en félicite pas, traiter cela comme si c’était une catastrophe… Ce n’est pas le problème majeur ». Le député rouge a cité une interview du porte-parole du MMM sur l’économie parue dans Le Mauricien peu avant le Budget où l’interviewé préconisait entre autres une meilleure efficience des corps para-étatiques. « De nombreuses choses qu’il a avancées ont été mentionnées dans le Budget. Il aurait dû féliciter le ministre », estime M. Bunwaree. Selon lui, s’il y a un gouvernement que le député mauve devrait critiquer, c’est bien celui de 2000/2005, en l’occurrence, le gouvernement MMM/MSM. Il devait à cet effet citer les taux de croissance pour les quatre semestres qui sont allés en décroissant : 5 %, 4,8 %, 3,5 % et 1,8 % pour mieux faire valoir ceux enregistrés sous son collègue Duval : 3 %, 2,7 %, 3,7 % et une prévision de 4 % pour le quatrième semestre.
Vasant Bunwaree n’a par ailleurs pas manqué de mettre en avant la perte « sans précédent » de 40 000 emplois pendant la période 2001/2005. « Quand on est dans un parti, on doit se manifester mais il faut comparer ce qui est comparable », devait-il encore lancer sous forme de pique au député mauve. De plus, ajoute-t-il, la dette publique entre 2001/2005 a dépassé les Rs 100 milliards.
Poursuivant, il devait estimer que le dernier Budget de Xavier-Luc Duval a été un budget « prudent car on est en situation de crise ».