Ils sont peu nombreux et relativement inconnus de la majorité de la population. Mais ce sont de vraies vedettes dans le milieu de la chanson chinoise. Christine Lam Shang Leen, Ah Koon Tinsin Feng et Liaon Xiao Li sont trois des voix les plus prisées dans le domaine. Ils chantent souvent lors de mariages, cérémonies mortuaires et spectacles culturels. Rencontre.
Christine Lam Shang Leen, Ah Koon Tinsin Feng et Liaon Xiao Li se côtoient plus ou moins souvent. Ils font partie de l’association Alumni, qui est constituée d’une cinquantaine de membres pour assurer des spectacles. Ils seront en représentation le 4 février prochain au MGI.
Ah Koon Tinsin Feng raconte que la chanson est une véritable passion qui a grandi en lui depuis l’enfance. “Je chantais à l’école, j’y ai gagné d’ailleurs plusieurs prix.”
Idem pour ses deux camarades de scène. “La chanson a toujours fait partie de moi. C’est un vrai hobby que j’entretiens sur scène depuis 13 ou 14 ans”, souligne Christine Lam Shang Leen. “Mes parents chantaient et m’ont encouragé à suivre leurs pas depuis ma petite enfance”, confie Liaon Xiao Li. Cette dernière est née en Chine et est arrivée à Maurice il y a vingt ans.
Si la chanson chinoise en elle-même est populaire pour la communauté sino-mauricienne, que dire du karaoké ? Véritable tradition, le karaoké est omniprésent dans la vie de nos trois chanteurs. “Nous aimons beaucoup le karaoké. La plupart du temps, c’est ainsi que nous apprenons les chansons.”
Culture.
Nos trois chanteurs interprètent plus souvent des morceaux en mandarin. Mais Christine Lam Shang Leen n’a aucun mal à chanter en hakka et en cantonais. Qu’importe la langue, le plus important demeure la promotion de la culture chinoise. “Nous voulons qu’elle vive et qu’elle traverse les années. Il est important que chaque culture soit conservée. C’est un devoir pour nous d’entretenir la culture chinoise”, souligne Ah Koon Tinsin Feng. “La chanson est un hobby avant tout, mais c’est aussi une formidable façon de promouvoir ma culture”, confirme Christine Lam Shang Leen.
Popularité.
Les trois chanteurs jouissent d’une bonne popularité, aussi bien à Maurice qu’à La Réunion et ailleurs. “Nous sommes partis plusieurs fois à La Réunion et nous avons été bien accueillis. Les spectacles chinois sont rares là-bas. À chaque fois que nous y allons, c’est un gros succès.”
Cette popularité dépasserait les Mascareignes, si l’on en croit nos interlocuteurs. “J’étais une fois invité à chanter une chanson pour un mariage en Indonésie. Les convives ont beaucoup apprécié et en réclamaient d’autres”, confie Ah Koon Tinsin Feng. “Je me souviens d’une fois où j’ai été à Singapour et j’y ai chanté en hakka, une langue quelque peu délaissée dans le pays. Les gens étaient heureux de me voir chanter dans cette langue”, raconte Christine Lam Shang Leen.
Concours.
Ah Koon Tinsin Feng ne participe pas aux concours de chansons. Christine Lam Shang Leen et Liaon Xiao Li s’y sont déjà inscrites. La première nommée a d’ailleurs participé à la Gamme d’or en 2001 en interprétant Mo vini gaté, une de ses compositions. Elle a aussi pris part à un concours de chanson en mandarin en 2009 où elle a terminé à la deuxième place. Liaon Xiao Li a participé en 2011 à un concours de chansons.
Par ailleurs, Christine Lam Shang Leen et Ah Koon Tinsin Feng ont un autre point commun : l’amour du théâtre. Les deux ont souvent été primés lors de concours.
Relève.
S’il y a une chose qui préoccupe les trois chanteurs, c’est la relève. Selon eux, de moins en moins de jeunes s’intéressent à la chanson. C’est pourquoi Ah Koon Tinsin Feng essaye de passer le flambeau à ses petits-enfants. “Mon fils ne chante pas. J’essaye de montrer ce que je sais à mes petits-enfants. Ils ont l’air intéressés. Ma belle-fille, qui est professeur de danse, en fait de même. J’espère qu’ils voudront suivre nos pas plus tard.”
En attendant la relève, vous pourrez découvrir Ah Koon Tinsin Feng, Christine Lam Shang Leen et Liaon Xiao Li sur scène le 4 février prochain au MGI pour un spectacle au sein de l’association Alumni.