La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a reconnu coupable deux individus accusés d’avoir été impliqués dans le vol d’un véhicule de même que les objets de valeur qui s’y trouvaient, dans l’enceinte de l’Université de Maurice (UoM). Le premier, un dénommé Ateelesh Julleekea, a été trouvé coupable d’avoir volé le véhicule alors que le second, Kevin Lam, a été inculpé pour avoir pris possession d’un ordinateur portable qui se trouvait dans ledit véhicule.
Les faits se sont déroulés le 23 janvier 2009 sur une aire de stationnement de l’UoM. La victime avait déclaré à la police qu’elle avait stationné son véhicule dans l’enceinte de l’Université pour se rendre à ses cours dans l’après-midi mais qu’à son retour, en début de soirée, son véhicule avait disparu. Son ordinateur portable, son sac à main ainsi que son portefeuille et certains documents se trouvaient à l’intérieur.
Un des complices qui avait volé le véhicule, condamné à cet effet en Cour intermédiaire, devait relater dans les moindres détails la manière dont son complice, Ateelesh Julleekeea, et lui avaient commis leur méfait. Les deux hommes se seraient ainsi servis d’un double des clés afin d’avoir accès au véhicule, ajoutant que c’est Ateelesh qui aurait conduit le véhicule jusqu’à son domicile. Ce dernier avait  décidé de vendre le véhicule volé alors que son complice, lui, avait emporté l’ordinateur portable pour la vendre à Kevin Lam. Il ressort de l’enquête policière que Ateelesh n’avait pas réussi à vendre le véhicule et avait ainsi décidé de l’abandonner derrière l’hypermarché Jumbo, à Phoenix.
Ateelesh Julleekeea et Kevin Lam ont tout deux niés les faits qui leur étaient reprochés. Toutefois, la magistrate a statué dans son jugement qu’elle pouvait se fier à la déclaration du complice présumé et a enlevé tout doute que ce dernier aurait incriminé Ateelesh par vengeance. Elle a ainsi conclu que le prévenu était bien l’un de ceux ayant comploté pour dérober le véhicule.
Kevin Lam, pour sa part, avait indiqué qu’il tenait un magasin d’appareils électroniques et qu’il avait accepté d’acheter l’ordinateur portable sans savoir qu’il avait été volé. La magistrate a toutefois remis en doute ces déclarations, jugeant que la transaction était suspecte vu que le prévenu avait acheté l’ordinateur portable alors qu’il ne se trouvait pas au magasin, mais chez lui, en début de soirée et qu’il semblerait que c’est le complice qui s’était rendu à son domicile pour lui vendre ledit ordinateur. Kevin Lam a ainsi été reconnu coupable de possession d’objets volés, la magistrate statuant qu’il n’a pu donner d’explications plausibles sur le fait d’avoir été retrouvé avec un ordinateur portable identifié comme étant celui qui se trouvait dans le véhicule volé.