L’ambiance est là mais les vendeurs font grise mine. Qu’ils soient marchands ambulants ou vendeur dans une boutique, ils sont unanimes à dire que l’esprit de Noël est bel et bien présent, mais que les consommateurs ne délient pas leurs bourses. Reportage…
A Port-Louis, hier après-midi, les rues et la gare Victoria étaient littéralement prises d’assaut par les marchands ambulants. Il est quasiment impossible de circuler avec toute cette foule et les cris des uns et des autres, sans compter la chaleur caniculaire qui rend les choses encore plus difficiles. Mais les Mauriciens sont toutefois réticents à dépenser. En tout cas, très peu de personnes dépensent à tort et à travers. C’est l’avis des marchands forains que nous avons interrogés.
Vente mi figue mi raisin
« La vente n’est pas mauvaise mais elle est nettement moins bonne que l’année dernière. Elle est modérée. Les Mauriciens dépensent peu et beaucoup plus intelligemment. Ils n’achètent que l’essentiel. Que voulez-vous, le pouvoir d’achat a nettement régressé », indique Yusuf Futloo, spécialiste en jeans.
Pour son confrère Nasser Khodadin, spécialiste en vêtements pour dames, la vente aurait baissé de presque 50%. Il attribue cette baisse aux compétiteurs. Mais pour l’un comme pour l’autre, la crise économique y serait pour quelque chose. « L’Europe est endettée et cela se répercute sur nous », déplorent-ils.
Entre les forces de l’ordre qui effarouchent les marchands ambulants, les bus qui circulent et les passants qui se massent pour s’enquérir des prix, il faut faire preuve de patience. Plus loin, dans la petite foire permanente à la gare Victoria, une horde de gens s’attarde chez un marchand de baskets et savattes. Malgré cela, ce dernier trouve que l’ambiance est maussade, la vente ayant considérablement baissée.
Quinze minutes plus tard, nous voilà aux abords du Caudan. Le nombre de marchands vendant divers articles impressionne. Comme le fait remarquer l’un deux : les marchands ambulants jouent un grand rôle dans l’ambiance des fêtes de fin d’année.
A Rose-Hill, rien n’indique que nous sommes à la veille de Noël. L’ambiance n’est pas la même que l’année dernière et pas d’animation. Seulement dans les allées des arcades un certain nombre de personnes et les consommateurs ne font que du lèche-vitrines sans acheter. « Plutôt bonne ambiance, mais bien plus timide que l’année dernière. Je pense que beaucoup se sont dirigés vers Bagatelle », dit Indrig d’Otentik Brothers.
Caudan Waterfront : les décorateurs ont misé gros
Au Caudan Waterfront, les enfants étaient à l’honneur. C’est dans une ambiance festive avec des animations musicales et des personnages de Disney défilant pour le plus grand plaisir des enfants, ainsi que des châteaux gonflables et des distributions des jouets, que les familles, les amis et les couples effectuaient leurs achats.
Côté décoration, c’est grandiose. Pas une vitrine n’échappe aux illuminations, aux décorations, aux guirlandes, aux Pères Noël. Cependant, malgré l’ambiance, l’engouement de la veillée n’est pas présent comme les années précédentes.
Du côté des magasins, les commerçants sont conscients du changement de cette année. « Suite à la crise économique, il est clair que les gens réfléchissent à deux fois avant d’acheter. Cette année, nous pouvons le constater plus que les années précédentes« , soutient Sheila, responsable du magasin Firstime.
Mais pour Zayd d’IShop la technologie vole la vedette. « Depuis plusieurs semaines déjà, nos affaires vont fort, les gens ont confiance dans nos produits », dit-il.
A quelques heures de Noël, alors que certains s’empressaient d’effectuer leurs derniers achats, d’autres comme Kevin profitent d’une journée de détente en compagnie de leurs amis. « Etant donné que j’ai déjà fait mes achats, je suis venu avec des amis pour profiter de l’animation », dit-il. 
Nous mettons le cap sur Bagatelle Shoping Mall. Comme le Caudan, le complexe ne fourmille pas de monde. La majorité des consommateurs se dirige vers les magasins de technologies ou les hypermarchés. Chez Cash&Carry, le magasin est plein à craquer. Les vendeurs ne savent plus où donner de la tête. « Depuis une semaine, c’est la folie, nous n’avons plus de répit, il y a toujours des gens qui viennent acheter chez nous », explique Yannick Chung, un des directeurs du magasin. Selon lui, comme chaque année, la technologie est beaucoup plus prisée. « La tendance est restée la même pour les téléphones portables, les ordinateurs portables et les écrans plasma. Depuis le début du mois, nous avons eu beaucoup d’acheteurs pour ses produits », affirme-t-il.
Chez Pick and Pay et InterMart, la présence des consommateurs se fait également timide. La plupart d’entre eux effectue leurs emplettes pour le déjeuner et le dîner de Noël. « Je fais les achats car je reçois de la famille demain pour le dîner », souligne Irène. Néanmoins, cette femme au foyer affirme que cette année est plus délicate que les précédentes. « Avec la récession, le coût de la vie a augmenté, c’est pour cela qu’il est important de se serrer un peu la ceinture pour ne pas avoir de mauvaises surprises en janvier « , confie-t-elle.
La frénésie d’achat n’étant pas au rendez-vous cette année, les Mauriciens ont quand même pu profiter de la Noël pour faire du lèche-vitrines.