L’ancien ministre travailliste Siddick Chady a été débouté en Cour suprême, dans sa plainte logée pour contester la décision de la MCB de vendre à la barre deux propriétés lui appartenant à Quatre-Bornes. Les juges Benjamin Marie-Joseph et Nicholas Ohsan-Bellepeau ont statué dans leur jugement que la plainte de Siddick Chady constituait un abus des procédures de la cour, indiquant qu’il aurait dû recourir au Privy Council au lieu de loger une plainte, sous forme déguisée d’appel.
La Masters’ Court avait, le 26 août 2011, autorisé la MCB à vendre à la barre deux propriétés appartenant à Siddick Chady, ce dernier n’ayant pu honorer ses engagements auprès de la banque en sa capacité de garant de trois emprunts contractés par le Medical Care Centre (MCC) Ltd (en liquidation) et totalisant Rs 16,8 millions.
Dans un affidavit, l’ex-ministre, qui était également président de la Mauritius Port Authority (MPA), explique que la MCB avait accordé au Medical Care Centre (MCC) des prêts de l’ordre de Rs 300 000, 7,5 millions et 9 millions, pour lesquels, comme indiqué plus haut, Siddick Chady s’était porté garant. Lorsque la compagnie, membre du groupe ABC, a été mise en liquidation, la MCB a lancé la procédure de mise en vente à la barre de deux propriétés appartenant au garant, à Quatre-Bornes.
Siddick Chady avait fait appel contre la décision de la Masters’ Court mais son appel avait été rejeté en 2013.
Concernant cette nouvelle action légale, les juges ont trouvé que sa démarche constituait un abus des procédures et qu’il aurait plutôt dû faire appel devant le Privy Council.