Le nouveau système de vérification des véhicules, confié désormais au service privé, sera en vigueur à partir du 16 août. Les responsables de la National Transport Authority (NTA), entourés des directeurs des trois centres de “fitness” privés concernés, ont donné des détails ce matin lors d’une conférence de presse sur la mise en application de la nouvelle structure du contrôle. Koshik Reesaul, Road Transport Commissioner, a promis que le public « bénéficiera d’un meilleur service » et qu’à l’avenir, les propriétaires de véhicules n’auraient plus à subir de longues heures d’attente pour la vérification de leur véhicule.
Valeur du jour, on compte 400 000 véhicules sur nos routes, incluant les deux-roues qui sont au nombre de 100 000. La privatisation de centres de fitness, dont on parle depuis quelques années et qui a donné lieu à beaucoup de débats dans la population devient donc réalité mardi prochain. « Nous faisons appel aux centres privés pour l’assistance technique seulement. Toute la partie administrative, incluant les rendez-vous pour la vérification, la collecte d’argent, l’octroi du certificat des fitness seront toujours sous le contrôle de la NTA. Avec l’apport de la nouvelle technologie et la diminution de la liste d’attente nous croyons que le nouveau système apportera plus de réconfort au public », a déclaré ce matin le Commissaire de la NTA. Ce dernier a ajouté que le service des trois opérateurs du privé — EGS à Forest-Side, Autocheck à Plaine-Lauzun et Eastern Vehicles à Laventure, Flacq — sera graduel en attendant la nouvelle législation régissant le fonctionnement des centres de fitness privés. Selon le directeur de la NTA, les vérifications à titre expérimental dans ces trois centres privés ces dernières semaines à partir d’un échantillon de tout type de véhicule ont été satisfaisantes, d’où la décision des autorités d’aller de l’avant à partir de mardi prochain.
La vérification des véhicules se fera désormais de deux manières, l’une manuelle et visuelle et l’autre avec l’apport de la nouvelle technologie informatique. « Le public ne devrait avoir aucune crainte par rapport aux nouveaux équipements qui entreront dans le contrôle. Tout ce que nous vérifierons ne vise ni plus ni moins que la sécurité de tous sur nos routes », a souligné Koshik Reesaul. Cependant une petite exception dans le cas des véhicules « vintage » et pour lesquels la vérification sera manuelle. « Nous avons pris toutes les mesures nécessaires concernant le contrôle des véhicules dont les propriétaires sont concernés aussi par les activités de centres de fitness privés », a affirmé le Commissaire de la NTA.