Intervenant hier au Jardin de la Compagnie lors d’une manifestation en soutien à la Commission Justice et Vérité, le leader des Verts Fraternels Sylvio Michel a réclamé que cette commission enquête sur l’origine de la pauvreté des descendants d’esclaves et ceux des travailleurs engagés en vue d’une compensation. Il s’est aussi indigné des difficultés que rencontre cette commission pour fonctionner.
« Pou les Verts Fraternels (VF), komision bizin pronons li lor lorizinn problem lamizer desandan esklav e enn parti desandan travayer angaze, konsekans lesklavaz, langazman e politik kolonial e post kolonial ki finn pratike dan Moris, ki fer ki zordi enn seksion popilasion pe viv dan lamizer, san posibilite pou sorti ladan », a expliqué Sylvio Michel à une cinquantaine de ses partisans réunis hier au Jardin de la Compagnie.
Pour le leader des VF, « Komision bizin pronons li lor enn konpansasion kouma nou finn dekrir li dan nou memorandom destine a bann desandan esklav, pou kapav tir zot dan gran lamizer e ratrap zot gran retar ».
Sylvio Michel n’a pas non plus oublié les descendants des travailleurs engagés. « Komision bizin osi pronons li lor sitiasion bann desandan travayer angaze ki viv ankor dan lamizer. Pou les VF se bann sel mwayin pou pei Moris fini ar bann problem lepase ».
De même, a poursuivi l’orateur, la commission doit pouvoir enquêter les expropriations des terres à Maurice et proposer à ceux qui les ont perdues un moyen pour les récupérer. Le gouvernement en a aussi pris pour son grade dans ce contexte. « Komision bizin fer lalimier lor later ki sekter prive, bann individi, bann lantrepriz, tabisman, lizinn ou gro planter finn preskrir, kokin. Li bizin osi etablir par mwayin bann ki finn perdi zot later kapav rekiper li. Komision ena lobligasion propoz plan pou gouvernman li osi konpans bann later ki li finn pran ».
Sylvio Michel a commenté le refus de certaines entreprises et institutions de déposer ou soumettre des documents à la Commission Justice et Vérité. Il a accusé certaines personnes de vouloir « acheter le silence » de certains de ceux qui ont déposé devant la commission. D’où la décision des VF d’organiser une manifestation en soutien à la commission. « Parmi sa bann-la, ti ena ki ti kontakte bann dimoun ki finn depoze divan komision kont zot, pou aste zot silans. Se deza depi sa lepok-la ki VF ti pran desizion pou organiz sa manifestasion zordi-la ».
L’intervenant a également accusé le secteur privé, « lapress swadizan indepandan », le parti Lalit, le diocèse de Port-Louis de « blok komision dan so mission » à un moment ou un autre.
Pour Sylvio Michel, la National Empowerment Fondation « banaliz gravite la mizer ek inegalite ki ena dan Moris ». Il a aussi critiqué la politique de responsabilité sociale des entreprises (CSR). « CSR ki dispoz bann miliar roupi finn met dibout bann program ki pa pou redwir ou konbat linegalite e lamizer. Zot bann proze ek formasion se gard zanfan dimoun mizer dan enn depandans total pou lavi ».
Au début de son intervention, le leader des VF a relaté la réticence de la municipalité de Port-Louis à lui donner la permission de faire sa manifestation au Jardin de la Compagnie. « Si nou pa ti menase pou fer enn manifestasion divan minisipalite, nou pa ti pou la zordi. Dan Moris, demokrasi inn foulkan kouma liberte tou kour », s’est-il écrié.
Sylvio Michel affirme que ses partisans et lui attendent « avec impatience » la publication du rapport de la Commission Justice et Vérité.