Les Verts-Fraternels invitent leurs membres et sympathisants, ainsi que le public en général, à une marche de protestation du Tombeau Malartic, au Champ de Mars, au bâtiment Emmanuel Anquetil, qui abrite le siège du Registrar of Civil Status. Ils veulent ainsi faire pression en vue de la mise en oeuvre des recommandations du rapport de la Commission Justice et Vérité.
« Le Tombeau Malartic symbolise pour nous la reconnaissance des colons esclavagistes envers quelqu’un qui les a ardemment soutenus, alors que les Britanniques et les Révolutionnaires français voulaient imposer l’abolition de l’esclavage à Maurice », a expliqué Sylvio Michel lors d’une rencontre avec la presse jeudi au Centre social Marie Reine de la Paix.
En effet, Anne Joseph Hippolyte de Maurès, comte de Malartic (1730-1800), alors Gouverneur de l’île de France, a poussé au renvoi, en juin 1796, des agents Baco et Burnel, chargés par le Directoire d’appliquer à l’île de France le décret d’abolition de l’esclavage.
« Pou aplik labolision lesklavaz dan lansien Isle de France, gouvernma revolisioner franse ti avoy de komiser ek enn kontinzan militer. Sa mision-la pa finn resi parski ti ena enn for lopozision bann kolon. Malartic ek so ladministrasion finn ranvoy sa de Komiser-là ek solda franse ki finn oblize repran lamer alor ki ti ena siklonn ki finn fer ki zot finn mor an mer », raconte Sylvio Michel.
Selon le leader des Verts Fraternels (VF), la célébration de la Fête Nationale française, le 14 juillet, « est une occasion pour se rappeler qu’en 1797, les Révolutionnaires français ont décidé d’abolir l’esclavage ».
« Se pou denons rol Malartic dan listwar Moris, alors ki le Mauritius Turf Club pe fet so 200 ans, ki nou pe koumans nou lamars dan Champ-de-Mars divan Tombeau Malartic », ajoute le leader des VF.
Et Sylvio Michel d’expliquer ensuite la raison du « sit-in » devant le bâtiment Emmanuel Anquetil qui abrite le bureau du Registrar of Civil Status. « Nou gagn tou nou drwa sitwayin pou rekonstrwir nou larb zenealozik ek nou denons diskriminasyon ki nou bann mam sibir kan zot al fer resers dan biro sentral resers leta sivil (Registrar of Civil Status) dan Port-Louis », fulmine l’intervenant.
« Dan rapor Commission Justice et Vérité (Truth and Justice Commission – TJC), prezidan Boraine dir ki pa kapav pey konpansasion parski li inposib retras bann desandan esklav dan sosiete Moris. Rapor-la rekomann par konsekan met an plas enn sant zenealozi selon enn proze lalwa ki TJC finn inklir dan rapor-la », explique Sylvio Michel.
« Nou finn komans par al sant Nelson Mandela kot Dr Teelock finn responsab enn resers lor zenealozi desandan esklav. Finalman nou finn konstate ki andeor informatizasion lalis resansman popilasion esklav ek 200 000 lantre, tou travay res pou fer par sak dimounn zordi », poursuit-il.
C’est ainsi, poursuit l’orateur, que les VF ont décidé de « asim nou drwa pou rekonstrwir nou larb zenealozik. Sakenn pe fer so resers avek nou sipor opre arsiv ek leta sivil ».
« Cependant les archives n’ont pas tous les documents historiques et il faut alors se rendre au bureau central de l’état civil », explique le leader des VF.
Il déplore qu’il est le seul, dans un premier temps, à qui l’Acting Registrar of Civil Status a donné accès aux documents. « Li finn fer mwa konpran ki si mwa, mo kapav gagn akse bann dokiman, lezot manb non », fulmine-t-il.
Toutefois grâce à l’intervention du Premier ministre, l’accès est accordé à un groupe de deux à tour de rôle. « Me finalman nou finn fer lexperyans diskriminasion lor bann dimounn ki aksepte par bann ofisie leta sivil », déplore-t-il.
« Nou finn ekrir enn deziem let a Premie minis, pou denons diskriminasion, pou rapel nou drwa sivik pou gagn linformasion lor nou lidantite, me osi solisit so intervensyon pou ki met an plas enn lekip devoue dan leta sivil pou rod bann linformasion pou bann Mauricien dorizin afro-afrikin ek malgas ki pe rod rekonstruir zot zarb zenealozik. Nou pas finn gagne okenn repons ziska ler, me nou finn aprann sa semenn-la ki lekipma biro-la an pann », déplore Sylvio Michel. D’où leur « sit-in » devant le bureau du Registrar of Civil Status au bâtiment Emmanuel Anquetil.