Le fort taux d’abstention enregistré lors de la journée du scrutin dans l’Est a fait que le dépouillement n’a pas duré trop longtemps. Mais s’ils étaient assez nombreux à défiler dans les rues en début d’après-midi pour fêter leur victoire, en revanche, la population locale était relativement indifférente à ces démonstrations. Dans l’ensemble, dans l’Est, les équipes sortantes ont été reconduites au pouvoir.
Les jeunes et nouveaux qui se sont jetés dans l’arène politique, prônant le changement, n’ont pas eu beaucoup de chance dans la région flacquoise. En témoignent Tharuna Jeetah, du Mouvement Progressiste de Flacq, et Vikash Jeebun, du Mouvement Socialiste de Poste de Flacq. Pourtant, la première nommée a réuni six femmes dans son parti, devenant ainsi le groupe ayant aligné le plus grand nombre de femmes.
« Les habitants ont voté par habitude, pire, par automatisme », soutiennent certains candidats malheureux. En face, ceux qui ont gagné célèbrent « une victoire bien méritée ! Nou finn travay boukou ek se enn zis rekonpans ». Nombre d’entre eux revendiquent leur soutien au gouvernement et estiment que « li tou a fait normal ki nou ki eli ».
Mme Jeetah, belle-soeur du ministre, soutient que « j’aurais pu avoir eu recours à mon beau-frère. Mais j’ai préféré que les habitants nous choisissent pour ce qu’on leur proposait : un plan d’amélioration de notre condition de vie, une meilleure éducation pour tous, des distractions saines pour nos jeunes… Même si la population locale nous a suivis dans notre campagne, elle ne nous a pas soutenus. »
Mme Jeetah poursuit : « Nous avons été témoins de plusieurs “malpractices”… » Et de déplorer la circulation de “petits papiers”, « destinés à assurer un vote communal », par exemple. Pire encore, confirment des candidats de Trou-d’Eau-Douce : « Certains n’hésitaient pas à aller sortir les gens de leurs maisons contre quelques billets pour qu’ils aillent voter. »
Pour Vikash Jeebun, « la population locale manque de maturité. Nous avons proposé une équipe jeune et qui prône les valeurs comme l’honnêteté. Mais les habitants ont préféré voter et donner la victoire à ceux qui sont malhonnêtes et qui les volent ».
Aux alentours de 14 h 30/15 h, hier, dans les rues de Flacq et des villages avoisinants, l’heure était aux festivités. À grands renforts de véhicules – voitures, 4×4, et mêmes parfois des tracteurs – les équipes gagnantes ont défilé dans les rues, empruntant les moindres ruelles pour faire entendre leurs klaxons, sifflets et même des vuvuzelas.
Changement
À Montagne-Blanche, le vent du changement a soufflé. Ainsi, dès 11 h, l’équipe d’André Canniah, réunie sous la bannière du Mouvement Progressiste de Montagne Blanche, avait des indications que le “counting” allait lui être favorable. L’équipe a finalement raflé les neuf sièges.
À l’école du gouvernement Lady P. K Boolell, dès la fin de la matinée, une ambiance électrique régnait… « Nou bann azan andan ti pe dir nou zafer korek. » De plus, l’équipe adverse, avec pour emblème une paire de ciseaux, « ne faisait pas le poids contre nous, même s’ils se revendiquaient ouvertement du Parti travailliste ».
André Canniah observe que « ici, à Montagne-Blanche, nous avons trois députés qui sont ministres : Rajesh Jeetah, Cader Sayed-Hossen et Jim Seetaram. Mais aucun ne vient jamais nous donner son soutien ni visiter l’endroit. Je crois que la population a signifié son agacement en votant pour une équipe neutre ».
En première position, c’est Hansa Peeloona qui est élue avec 1 725 voix sur 3 099. André Canniah, le leader du groupe, se classe second avec 1 705 voix. « Nou mari kontan ! Nou ti souhaite ki bann habitant vote pou nou program. » Et d’ajouter que « au sein de notre groupe, nous sommes de tous bords. Certains sont du Ptr, d’autres du MMM… On n’a pas voulu se réclamer d’une seule couleur politique. » Pour celui qui a déjà brigué les suffrages des villageoises, « sa eleksion-la, li pa kouma eleksion zeneral. Isi, nou vote pou bann dimounn ki travay pou zot landrwa. C’est cela la force de notre parti ».
Dès lundi, les choses sérieuses commencent pour l’équipe des Fleurs de M. Canniah : « Il y aura le “handing over”, puis la cérémonie d’assermentation au District Council. » Les priorités seront « les fêtes de fin d’année, bien entendu, pour les enfants et les habitants. Mais avant toute chose, nous procéderons au nettoyage du village. Cette campagne électorale a laissé des traces… On veut un village propre pour tous. » Ensuite, l’équipe s’attellera à « remettre à neuf le Village Council qui est dans un piteux état. On compte y faire construire des toilettes publiques. C’est une demande du public. » L’éclairage des rues et la réfection des routes dans certains endroits sont aussi au programme.