Maintenant que la Tour de Babel politique s’est calmée, que la poussée de fièvre connaît sa détumescence, revenons dans ce temps provisoire de silence aux choses sérieuses avant la nouvelle vague d’hystérie, de protubérances de la campagne électorale à venir et le retour des déjections infernales autour de l’éventuelle présentation d’un Projet de Loi sur la Réforme Electorale au cours de la prochaine mandature. Dans trois papiers parus dans Le Mauricien* tout ça était déjà prévu, les évènements ont confirmé ces analyses.
Ramgoolam, Subron et Bérenger ont ouvert la Caverne aux Monstruosités durant quatre mois laissant se déferler un Torrent de Haine pour une dérisoire REFORMETTE. Affirmons-le encore haut et fort : c’est une REFORMETTE, un leurre. Quatre mois durant, ils ont paralysé ce pays. Quatre mois durant les parlementaires ont été payés par la Nation à ne rien faire, laissant les grands maux du pays s’aggraver. Ils partent en vacances bientôt pour se reposer de l’inertie.
Un groupuscule, dissidence gauchiste, a offert sur un plateau à Navin Ramgoolam un exercice de démagogie, de manipulation et de propagande. Ce groupuscule est l’allié objectif de Ramgoolam. Jamais ce groupuscule n’a été capable de mener de front un combat pour l’éradication du communalisme et le démantèlement du Best Loser System, il est complice de son maintien. Jamais il n’a voulu d’un mouvement de masse sur ce thème par peur de son guru de perdre son petit pouvoir. La REFORMETTE, un appât pour Ramgoolam et une planche de survie pour ce groupuscule. VICTOIRE de la COALITION OBJECTIVE SUBRON/RAMGOOLAM !
The Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisions) Bill voté, rien ne changera dans la pratique politique, puisque le Premier Ministre a lui-même déclaré au Parlement dans son résumé que les candidats du PTr déclineront leurs communautés aux prochaines législatives. Nous savons que les partis présenteront des listes communales comme toujours. Quel parti osera présenter un candidat musulman à Triolet, ou un hindou à la Plaine Verte ? Les partis vont plus loin que les quatre communautés définies dans la Constitution, ils établissent leurs listes de candidats sur une base castéïste aussi. Soyons plus clairs ils tiennent compte des marathis, télégous, rajputs, grands blancs, tiblans, fers blancs, milats, white muslims, mehmans, kalkattyas, etc. Est-ce que l’électeur votera pour la compétence, ou pour l’appartenance communale du candidat?
Et demain, un jour, quand Ramgoolam dissoudra le parlement selon ses caprices d’autocrate, qu’un nouveau gouvernement, MMM/PTr selon toutes probabilités, sera aux affaires, qu’une hypothétique Réforme Electorale sera votée à un moment indéterminé au cours du nouveau mandat, est-ce que pour autant la problématique communale sera résolue ? Ils l’ont archi-répété, il n’est pas question d’abolir le BLS, mais de le subsumer. Le transformer en l’intégrant à un nouveau système, changer la forme, mais garder le fond. A bas le communalisme ! Vive le BLS ! Adjoindre l’hypothétique Réforme Electorale à la 2e République, c’est faire l’amalgame de deux problématiques qui n’ont aucun lien direct et complexifier les enjeux.
Nous l’avons déjà écrit, il y a une différence irréconciliable entre la Real Politik préconisée par la doctrine bérengériste d’une représentation proportionnelle des communautés et le communalisme  institutionnel du PTr, du MSM, du PMSD et des autres, qui relève du racisme. On peut comprendre l’intention et l’honnêteté du MMM, mais ne pas la partager.
Les institutions vieillies appellent une refonte. Il faut une nouvelle Constitution pour une nouvelle République qui abolirait le Best Loser, en établissant une laïcité mauricienne par la séparation de l’Etat et des Religions avec la création d’un Ministère du Culte, le partage du pouvoir entre le Président et le Premier Ministre, confier les affaires internationales et la défense au premier, au second la politique nationale et la sécurité intérieure, séparer ainsi l’armée et la police, un contrôle sur le Président par des procédures d’impeachement et de destitution, une loi sur le référendum. La République serait dotée d’une Cour de Cassation, d’une Cour Constitutionnelle, d’une Chambre Haute (Sénat), avec la décentralisation par la délégation de pouvoir et l’autonomie administrative aux mairies, aux conseils de districts, aux conseils de villages, d’une agence anti-corruption avec des pouvoirs accrus, d’un bureau anti-drogue séparé de la police, d’une commission contre les discriminations indépendante avec des pouvoirs étendus. Pourquoi seul l’Attorney General peut être nommé ? Pour favoriser le rôle de la société civile, cette Constitution pourrait prévoir la nomination de deux autres ministres, pour la santé avec un grand professionnel et un intellectuel reconnu à un Grand Ministère des Arts, de la Culture, de l’Identité, de l’Histoire et du Patrimoine dans la perspective de la consolidation de l’unité nationale.  Cette République là, serait plus juste, plus libre et plus démocratique.
Une observation, pourquoi la 2e République, référence française ? Pourquoi ne pas l’appeler du nom d’un lieu, ou d’une date? Par exemple la République de Mars, référence aux premières discussions, ou République de Clarisse ? Tout simplement Mauricianiser notre République.