Une vidéo de la chaîne indienne Sudarshan News, d’une durée de 50 minutes et postée sur YouTube, est dénoncée par le président du Hindutva Movement, Somduth Dulthumun. Il demande au gouvernement de présenter une loi pour empêcher la conversion.

Cette vidéo visant à nuire à la paix sociale du pays, selon Somduth Dulthumun, montre que les hindous à Maurice se convertissent à d’autres religions et que le nombre de ces nouveaux convertis a connu une hausse.

« Il se peut que ces gens soient provoqués car il y a trop de conversions. Nous faisons un appel au Premier ministre d’apporter une loi pour que les gens cessent d’aller de maison en maison pour parler de leur religion et convertir les gens », a-t-il demandé au gouvernement lors d’une conférence de presse jeudi après-midi à Port-Louis.

Conscient de la convention des Nations unies signée par Maurice permettant à chaque individu de pratiquer librement sa religion, il a souligné que le “canvassing” pratiqué par certaines personnes cible surtout ceux qui sont pauvres ou malades.

« Cette vidéo découle des conversions qui s’opèrent dans le pays. De tels actes peuvent troubler la paix dans ce pays », a-t-il dit. Somduth Dulthumun est d’avis que la loi qu’il demande « est réalisable » car « les gens se sentent importunés chez eux » lorsqu’on frappe à leurs portes pour parler de religion.

Exprimant son désaccord au sujet des campagnes porte-à-porte menées par certaines personnes, il dira qu’il ne fera jamais cela.

Répondant à une question au sujet de ceux qui changent de religion à cause de l’argent, Somduth Dulthumun a déclaré que chaque personne « est libre d’aider son prochain, mais ne doit pas l’influencer pour changer de religion ».

Cette vidéo a également fait l’objet d’une déposition de la part de Somduth Dulthumun lundi aux Casernes centrales. Selon lui, cette vidéo comporte « trop d’exagérations et de faussetés » et altère la réalité de Maurice.

Lors de sa déposition à la police, Somduth Dulthumun a demandé que la vidéo soit enlevée du réseau social Facebook. « Nous craignons, si cette vidéo continue de circuler, que notre tissu social qui est très sensible ne soit touché », a-t-il dit. Par ailleurs, à la suite de sa déposition, il s’est dit satisfait que la police ait fait son devoir.