Le charisme vivifiant du Comité de Bien-être a été amplement mis en exergue lors de la célébration de son 18e anniversaire qui a eu lieu le 26 octobre dernier sous une grande salle verte dressée dans la cour du Centre Jacques Rougeot, à Trèfles.
Étant donné que 18 ans rime avec l’âge de la majorité, les responsables de l’association y ont réuni, à cette occasion, un nombre impressionnant de 600 invités venant de toutes les couches de notre hiérarchie sociale incluant, bien entendu, des personnes nécessiteuses, des invalides et des personnes âgées qui vivent dans des maisons de retraite.
Ce jour-là, une fois de plus, l’association a ouvert son coeur débordant d’amour fraternel et l’esprit de fête y a régné en maître… Un déjeuner y a été servi à tous les invités à tour de rôle et l’animation y était assurée avec enthousiasme par les artistes suivants : Serge Lebrasse et ses danseuses, Marclaine Antoine, Priscilla Orger, Mike Orger et Baden Ramsamy.
Parmi les invités de marque figuraient, entre autres, les personnes suivantes : Raouf Bundhun, ex-vice-président de la république, Philippe Boudou, maire de BB/RH et Geerish Buckdowonsing, président du MACOSS. Et, pour aider à servir un si grand nombre d’invités, l’on y comptait sur le soutien bénévole des scouts des paroisses de Ste Anne et de Ste Odile et aussi des scouts de la communauté musulmane. Les secouristes de Fellowship First Aiders y étaient présents dans le but de parer à toute éventualité, mais, fort heureusement, ils n’ont eu à intervenir à aucun moment.
Cette fête commémorative comprenait deux temps forts, à savoir, primo, le moment dédié au fait de couper le gâteau d’anniversaire et, secundo, la remise solennelle d’un écusson/souvenir aux bienfaiteurs de ladite association en guise de gratitude pour leurs généreuses contributions. Bref, aucun fait n’a été laissé au hasard et tous ceux qui ont participé à cette célébration sont unanimes à dire que celle-ci a revêtu un caractère mémorable.
Retraçons brièvement quelques temps forts dans l’histoire de cette association bénévole qui a ses assises à Stanley, à Trèfles et à Camp-Levieux, mais, qui, en même temps, jouit d’une réputation à l’échelle nationale pour ses actes de solidarité sans frontières.
La personne la mieux indiquée pour nous parler des débuts de l’association est Waheed Nubee, qui en occupe la présidence depuis 14 années d’affilée et, qui, en outre, en est l’un des fondateurs : « Nous sommes en 1996 et la région de Stanley est minée par des problèmes d’ordre socio-économique. Ne pouvant rester les bras croisés devant un tel état de choses, moi-même et Naushad Nubee, nous réunissons autour de nous quelques bénévoles de la région et, ensemble, nous décidons de passer à l’action pour donner à Stanley ses premières lettres de noblesse. »
Dès lors, Waheed Nubee et ses partenaires, aidés par des commanditaires, s’y investissent à fond dans un travail social de longue haleine, ce qui permet à Stanley de se placer, petit à petit, sur les rails du développement. Voilà les circonstances qui ont prévalu à la création de l’association.
Vers l’année 1999, une petite localité située presque au pied du majestueux Corps de Garde y est affublée du surnom de Cité Malnourri, ce qui, en fait, est une déformation contrariante de Cité Malhory, qui est le véritable nom de ladite localité. Les habitants dudit patelin expriment leur mécontentement à ce sujet aux membres de ladite association et ceux-ci entreprennent des démarches auprès de la municipalité de BB/RH pour que ledit patelin soit rebaptisé d’un nom qui ne susciterait aucune déformation déplaisante dans le futur. Par la suite, l’association apportera une importante rénovation physique à ce patelin et, après quoi, celui-ci sera officiellement rebaptisé Cité Corps de Garde.
En 2001, l’administration du Keats College, à Chemin Grenier, invite Waheed Nubee, en tant que travailleur social, à venir sur son site pour y aider à la création d’une organisation sociale parmi ses étudiants. Celui-ci répond positivement à cet appel et l’association bénévole qui y est subséquemment créée y fonctionne toujours efficacement.
Chemin faisant, l’association ajoute une nouvelle corde à son arc en faisant des Jeux de l’Époque d’Antan un important item lors de ses séances récréatives bénévoles aux quatre coins de l’île. Ces jeux d’antan, que l’on appelle habituellement toupie, canette, la marelle, lastic, sapsiway sont tombés en désuétude avec l’évolution sociale, mais l’association entend leur donner une nouvelle vie en les faisant connaître aux générations actuelles. D’ailleurs, récemment, sur invitation, les membres de l’association en ont donné une démonstration au siège de la Hualien Society, à Port-Louis. Et, cette démonstration a conquis le public qui y était présent ce jour-là.
Dans le courant de l’année 2014, l’association a organisé un cours sur le thème de la Citoyenneté Responsable à l’intention des élèves du Collège Patten, à Rose-Hill. Entre autres choses, ces jeunes ont eu l’opportunité d’effectuer des visites dans des écoles spécialisées pour les handicapés et, aussi, des visites dans des maisons de retraite pour personnes âgées.
En outre, dans le but d’apporter une contribution dans le domaine de la culture, chaque année, l’association organise un tournoi de quiz inter-écoles primaires pour toutes les écoles situées dans l’enceinte de la ville de Rose-Hill.
Rappelons brièvement qu’en 1999 ladite association s’est vue octroyer la Médaille de la Ville de BB/RH pour services rendus dans le domaine du volontariat et qu’en 2012 son président, Waheed Nubee s’est vu décerner le titre de Most Outstanding Social Worker par la MACOSS.