La Telugu Saamskrutika Nilayam (TSN), qui se traduit par “La Maison de la Culture Télougoue”, vient de tenir son dîner annuel au Domaine Sam à Moka. Ce dîner a réuni des professionnels et des hommes et des femmes d’affaires de la communauté télougoue pour un moment de détente et aussi pour des échanges sur des sujets d’intérêt commun au bénéfice de la communauté et du pays dans son ensemble. La soirée a été animée par un groupe de jeunes artistes et des femmes de la communauté venant de différentes régions de l’île. Les chants en télougou étaient à l’honneur. Le président de la TSN, Narainsamy Sanyasi, MSK, a fait un tour d’horizon de multiples événements (dont des visites des personnalités et des artistes venant de l’Inde, l’Afrique du Sud, la Malaisie, l’île de la Réunion, entre autres) vécus au sein de la jeune association qui a soufflé ses cinq bougies.
Au départ, la TSN tenait son siège au 24, rue Edouard VII, à Rose-Hill, avant de changer d’adresse et de s’installer un kilomètre plus loin, à l’angle des rues Thierry et Célicourt Antelme, dans un bâtiment plus spacieux. Ce changement a été rendu nécessaire vu l’expansion rapide des activités et des adhésions à la TSN. Ainsi avec un siège social plus spacieux, capable de recevoir jusqu’à 500 personnes, la TSN sera en mesure d’étendre ses activités culturelles comprenant la promotion de la musique carnatique instrumentale et vocale, des classes de danse classique et folklorique (principalement le kuchipudi), des classes de yoga et de méditation, des cours culinaires et des cours de langue.
Le bâtiment abritant le nouveau siège, appartenant à la famille Dewan Ramburrun (dont les membres sont des dévots de longue date de la Ramakrishna Mission et à la Chinmaya Mission), est un lieu sanctifié en soi, ayant été converti en temple et ayant toujours servi à accueillir, depuis les années 1950, des swamis venant de la Grande Péninsule dont le Swami Ganananda et le tout dernier, le Swami Chinmayananda. Sumant Ramburrun, le fils de Dewan Ramburrun, a bienveillamment mis le lieu de culte à la disposition de la TSN. Il est d’avis que la prise en charge du lieu par la TSN est tout à fait dans l’ordre des choses vu l’attachement de cette association à des activités dévotionnelles et spirituelles. « La prise en charge par le Telugu Saamskrutika Nilayam est bien accueillie par la famille Ramburrun car elle assure la continuité de la tradition de spiritualité qui y est maintenue depuis plusieurs générations et ce, depuis qu’elle a été initiée par l’aïeul Mohunparsad Ramburrun », a souligné Sumant Ramburrun.
Passage fructueux à l’ancien siège social
L’ancien siège a servi pendant un peu plus de quatre années à la MCT. Ce passage a été des plus fructueux avec maintes activités sociales, culturelles et religieuses qui l’ont jalonné – à commencer par la fête Makar Sankranti ; l’Ougadi qui marque le début du nouvel an de la communauté télougoue ; le Raamabhajana ; le Narasimha Jayanti ; le jeûne annuel de 40 jours (Vratam) en hommage à Lord Venkateswara Swami, la dernière incarnation de Vishnu à Tirupati, à l’Andhra Pradesh ; la fête de l’Andhra Day et la fête Dipavali.
L’Andhra Day, rappelons-le, est une fête patriotique en l’honneur du grand martyr Amara Jeevi Shri Potti Sriramulu qui est considéré par les Télougous comme Telugu Vaitaalikudu, un phare pour le monde. Décédé à l’âge de 50 ans, ce patriote exemplaire a non seulement milité pour la création d’un État linguistique séparé pour les Andhras au sein de l’Union indienne, mais a été aux côtés du Mahatma Gandhi dans le vaste mouvement (Quit India) pour l’indépendance de l’Inde.
Le président de la TSN a tenu à saluer les dévots qui se sont associés pleinement à toutes les activités et ont contribué matériellement et financièrement au développement de l’association culturelle durant toutes ces années, période durant laquelle la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill, différentes organisations télougoues telles la Mauritius Andhra Maha Sabha, le Centre Culturel Télougou, la Telugu Speaking Union, entre autres, ont apporté leur soutien. Sans oublier le soutien de la communauté des artistes ainsi que des dignitaires étrangers. « Nous avons bénéficié de la participation active des artistes locaux et internationaux pour nos activités, et nous avons eu le privilège d’accueillir des dignitaires et des délégués venant d’Afrique et de La Réunion », a souligné avec fierté notre interlocuteur.
Implantation internationale
Durant ses quatre premières années d’existence, la TSN a établi des rapports d’échange fructueux avec des pays d’Europe, l’Inde, la Réunion et l’Afrique du Sud. Ainsi, des protocoles d’accord pour des échanges culturels ont été signés avec la Milan Telugu Association en Italie, la London Telugu Association en Angleterre et France Telugu Sabha.
Des échanges se font régulièrement autour du yoga avec le Mumbai International Yoga Centre en Inde et autour de la pratique de chants dévotionnels avec le Durban Bhajanum Group en Afrique du Sud. Des liens fructueux se sont développés entre la TSN et l’Association Culturelle du Sud de l’Inde dont le siège est à Saint Pierre, Île de la Réunion.
Lancement de Bathukamma Shakatam de J.R. Rao
L’événement le plus marquant qui a eu lieu à l’ancien siège de la TSN, en collaboration avec la Telugu Speaking Union, a été sans conteste la réception de la cérémonie de lancement du livre de poèmes de l’Acharya Jonnavithula Ramalingeswara Rao, éminent scénariste et écrivain télougou moderne. Cette anthologie poétique Bathukamma Shakatam rend hommage à la spiritualité des villageois de l’Andhra Pradesh, Bathukama dont le nom est invoqué quotidiennement, en particulier par la gent féminine. Le lancement du livre s’est déroulé au Ravindra Bharathi, à Hyderabad en Andhra Pradesh. La cérémonie a été relayée simultanément dans dix pays – Maurice, la Malaisie, le Koweït, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Bahreïn, Hong Kong, l’Australie, le Canada et l’Allemagne. La cérémonie a mis en relief le culte populaire rendu à la déesse Bathukamma dans le milieu rural à Andhra Pradesh et au sein de la diaspora télougoue dans le monde.
Un programme culturel a eu lieu à la TSN à cette occasion. Pour saluer l’événement, la jeunesse télougoue a conçu des Muggulu (des dessins floraux aux mille couleurs) à même le parquet, en plaçant au centre l’icône de la déesse Bathukamma. Aussitôt après la fin du programme culturel, un montage vidéo du lancement à Maurice circulait sur internet, se mêlant à des montages similaires de la cérémonie dans les neuf autres pays, le tout relayé au Ravindra Bharati en Andhra Pradesh où un parterre d’éminents poètes télougous se félicitait de cette réussite médiatique à mettre au crédit de l’organisation socioculturelle de renom international Siliconandhra, basée aux États-Unis.
Nouveau siège
Le nouveau siège a été inauguré en décembre 2011 par les ministres Deva Virahsawmy (Environnement et Développement Durable) et Mookhesswur Choonee (Arts et Culture) en la présence de la députée Kalyanee Juggoo, du second secrétaire du haut commissariat de l’Inde, S.E.M. Mimansak, du représentant de la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill, du président de la Fédération des Associations télougoues des Plaines-Wilhems, des présidents d’honneur de la MAMS et de la TSN, MM. S.V. Subhadu et Shri S.Y. Ramanah ainsi que nombreux membres de la famille Ramburrun, propriétaire du bâtiment abritant le nouveau siège social de la TSN, et des fidèles. La cérémonie inaugurale a été agrémentée d’une bonne prestation (musique et danses) des élèves de Dayashree Pentiah Appadoo et Nalini Totiah, toutes deux professeurs de danse kuchupudi.
Peu de temps après l’inauguration, la TSN reçoit ses premiers visiteurs venant de l’étranger à son nouveau siège social. Il s’agit du Dr Achaiah Kumar Rao, président de la Telugu Association of Malaysia (TAM) à Kuala Lumpur (cette association a célébré récemment le 150e anniversaire de la culture télougoue, ou Telegu Heritage, en Malaisie), et le Professeur Sethuram Bhagavathula, spécialiste de la danse kuchipudi qu’il enseigne à l’Université Potti Sriramulu à Hyderabad, Andhra Pradesh, venus à Maurice dans le cadre de la conférence internationale sur la langue télougoue (8-10 décembre).
Chants et musique
Depuis qu’elle occupe son nouveau siège, la TSN a tenu à encourager les artistes qui chantent en langue télougoue et qui pratiquent la musique carnatique. Ainsi, elle a récompensé les lauréats du concours Vennela Paatha organisé par la MBC/TV. Les trois primés à ce concours de chants en télougou étaient, dans l’ordre, Vanesha Valsada Erriah, Girishalini Ramana et Shayanah Pentiah. Les autres finalistes qui ont été récompensés par la TSN sont Rajeshwari Dasi Lutchanah, Gopalla Krishna Sithanna, Saraspadhee Ayasamy, Gooree Manisha Gangalaramsamy, Ravi Naiko, Hema Seetanah et Trinyavi Nastilli. Le CEO de la chaîne TV9 à Hyderabad, Andhra Pradesh, était un des invités d’honneur de cette soirée tenue à Gold Nest, Quatre-Bornes. Une délégation comprenant Vemulapati Sridhar, Sree Ratna et Shishir Singri accompagnait le CEO Ravi Prakash.
La TSN s’est aussi liée avec une association réunionnaise qui fait la promotion de la musique carnatique, Carnatic Run Musical (CRN), dont le président fondateur est Jimmy Apalama, percussionniste de l’île soeur. Cette liaison s’est traduite par l’organisation de plusieurs concerts de musique carnatique. Ainsi, en octobre dernier, CRN a donné des concerts de musique carnatique en divers endroits dont la Maison de la Culture Télougoue à Rose-Hill. Pour cette tournée, Carnatic Run Musical s’est fait accompagner d’artistes venant de la Grande Péninsule, nommément E.R. Janardhan, saxophoniste de renom, M.K. Jinapalan, violoniste, et R. Krishnaprya, percussionniste, et d’un Mauricien, Sivaramen Murday.
Précieux concours
Le percussionniste Jimmy Apalama a organisé plusieurs festivals de musique carnatique en Inde, à la Réunion et à Maurice. À Maurice, l’artiste réunionnais a développé des relations étroites avec la Maison de la Culture Télougoue et avec Narainsamy Sanyasi, MSK, dont l’organisation est entièrement attachée à la promotion de la musique carnatique. Le groupe Carnatic Run Musical est revenu à la TSN en décembre dernier pour un concert de musique carnatique et vocale avec le concours d’artistes locaux. Le concert a été consacré aux oeuvres musicales du célèbre interprète de musique carnatique Muthuswami Dikshitar Krutulu (1775-1835). Poète et compositeur, originaire du sud de l’Inde, Muthuswami est l’une des figures de la trinité de musique carnatique, les deux autres étant Thyagaraja (1767-1847) et Syama Sastri (1762-1827). Les oeuvres musicales de Muthuswami, dont environ 500 sont connues et sont souvent interprétées dans des concerts classiques de musique carnatique, sont pour la plupart en sanskrit.
Les artistes mauriciens qui ont animé le concert sont Sivaramen Murday au ghatam (playpot), Ramakrishna Neeladoo au violon, Khesava Sanyasi au kanjira (tambour de cadre de la famille du tambourin), Parama Valaydon à la flûte, alors que Brahmaananda Sanyasi, Ansuya Annasamy, Dhanarbarlen Annasamy et Saraspadee Ayasamy étaient les vocalistes. Les prières de circonstance ont été prononcées par l’Acharya Srinivaasula Venkatachaaryulu. S’adressant à l’auditoire, qui comprenait de nombreux jeunes, le président du TSN et le fondateur de CRN ont tous deux parlé de la beauté de la musique classique du sud de l’Inde et de la nécessité de la promouvoir dans l’île. Durant le concert, le public a pu apprécier les instruments de musique classique du sud de l’Inde dont le tambour de cadre et le playpot, considéré, selon Dr G. Reddy Luthmoodoo, ancien président de la Telugu Speaking Union, comme un des plus anciens instruments musicaux de cette partie du monde.
« Un bon nombre de jeunes a assisté au concert, signe d’un revival de la musique carnatique, et preuve que la jeune génération est aussi apte à savourer la musique classique », affirme notre interlocuteur.