Une première session de travail sur l’orientation de la recherche concernant l’impact socio-économique du phénomène du vieillissement de la population mauricienne a eu lieu mardi, en présence du Professeur Seekayapatteda Siva Raju. Ce consultant indien et chargé de mission de l’Institut Tata des sciences sociales de l’Inde vient aider le ministère de la Sécurité sociale et de la Solidarité nationale à définir une politique à long terme touchant au vieillissement de notre population.
Actuellement de 13%, la population vieillissante à Maurice se situera à 30% d’ici 2050 selon les projections démographiques. Le phénomène du vieillissement de la population mauricienne implique un fardeau à l’économie, à la santé publique, aux couvertures sociales, aux structures de prise en charge, aux facilités récréatives et à la protection et la sécurité.
C’est ainsi que l’Observatoire du vieillissement, institué par le ministère de la Sécurité sociale en octobre 2012, sur les recommandations de la Fédération internationale du vieillissement (IFA), s’est assigné pour tâche d’entreprendre des recherches appliquées dans quatre domaines prioritaires, la santé, le logement, les loisirs et autres facilités récréatives, la protection et la sécurité.
L’équipe de recherche, comprenant des professionnels de haut niveau, travaillera en étroite collaboration avec différents acteurs socio-économiques des secteurs public et privé et les membres du comité consultatif de l’Observatoire représentatifs de divers ministères, de la force policière, de l’Université de Maurice et du Mauritius Research Council (MRC).
Lors de cette première prise de contact mardi avec les membres du comité consultatif de l’Observatoire, la ministre Sheila Bappoo a fait un tour d’horizon du phénomène du vieillissement à Maurice. Ce phénomène social est dû à plusieurs facteurs tels que l’amélioration des soins de santé et des habitudes alimentaires, le contrôle efficace des maladies, la baisse du taux de mortalité infantile et la hausse de l’espérance de vie.
Face aux enjeux conjoncturels et ses implications à long terme, le gouvernement, a tenu à faire remarquer la ministr,e a déjà pris les devants et a annoncé ses priorités. Celles-ci sont basées sur le concept d’un vieillissement actif, productif et en bonne santé. Sheila Bappoo a ajouté que le Senior Citizens Council, opérant sous l’égide son ministère, à travers son réseau de 706 associations à Maurice et Rodrigues, est très actif sous ce chapitre.
La ministre a aussi évoqué le plan d’action élaboré en octobre 2008 et qui a jeté la base des orientations pour une véritable politique du vieillissement, fondée sur une approche de développement, d’intégration participative, d’une perspective de genre, des vulnérabilités des personnes âgées avec handicap, de l’élaboration d’un meilleur encadrement juridique pour protéger et sécuriser une population vieillissante et finalement, sur un partenariat élargi avec la collaboration du gouvernement, du secteur privé, des ONG, de la communauté et d’autres acteurs locaux ou étrangers.
Pour sa part, Professeur Seekayapatteda Siva Raju a rappelé que Maurice et l’Inde partagent les mêmes soucis d’une population vieillissante. Il a précisé que les personnes âgées représentent 8 % de la population indienne mais que l’État indien s’organise déjà pour atténuer l’impact du vieillissement de sa population.
Auteur de plusieurs rapports et de documents de travail sur la recherche sur la population vieillissante en Inde et dans le sud-est asiatique, le consultant indien a insisté sur l’obligation morale d’assurer à tout être humain une place dans la société globale. Il a également rappelé que les personnes âgées sont celles qui ont le plus besoin d’aide en termes d’affection, d’attention et de respect. « Ageing is a development issue. It is here to stay and we have to face the reality », a-t-il martelé.
Le Professeur Seekayapatteda Siva Raju serait appelé à travailler en étroite collaboration avec l’équipe de recherche de l’Observatoire du vieillissement. Sheila Bappoo a rejoint le consultant indien dans le souhait commun pour la signature d’un protocole d’accord (MoU) entre le ministère de la Sécurité sociale et l’Institut Tata des sciences sociales. Ce MoU aura pour but d’approfondir les relations en vue de faciliter les échanges et la formation et d’assurer la visibilité à long terme de ce qu’un État fait pour sa population vieillissante.
Le consultant indien sera à Maurice jusqu’au 12 décembre prochain. Il donne une causerie publique lundi prochain à 9 h 30 au Sir Harilall Vaghjee Hall, Port-Louis, sur le thème « Défi du vieillissement au 21e siècle ».