Il y a derrière POZITIF la sincérité de la démarche d’une femme qui espère contribuer à faire changer le regard porté sur les personnes vivant avec le VIH/Sida. Au-delà des préjugés et de l’incompréhension, ces femmes et ces hommes ont le même espoir, les mêmes craintes, les mêmes attentes que leurs concitoyens. C’est ce que met de l’avant Vera Fon Sing dans ce projet qui sera lancé dans le cadre du 1er décembre, date du World Aids Day. Ce, par le biais du documentaire photographique VIHPOZITIF et d’une exposition prévue du 30 novembre au 9 décembre à Bagatelle.
En couverture, le regard impassible d’un homme à la barbe et aux cheveux grisonnants, au visage marqué par le temps. En blanc et noir, le sourire de Jacques, 57 ans, annonce le ton du projet de Vera Fon Sing. VIHPOZITIF n’a aucune révélation à faire, aucune prétention pompeuse, aucune info croustillante. L’auteure le présente simplement comme une “rankont otour enn realite morisien”. Dans un style épuré, dénué d’artifices et de superflu, il éclaire d’une belle lumière des histoires qui, abordées autrement, auraient peut-être fait le régal des assoiffés de sensationnalisme.
Silans, ekoute.
Le dokimanter fotografik que lancera Vera Fon Sing le 1er décembre et l’exposition qui se tiendra parallèlement du 30 novembre au 9 décembre à Bagatelle font une mise au point sur des femmes, des hommes, des pères, des mères, des Mauriciens dans leurs contextes respectifs. L’auteure les raconte avec leurs propres mots pour expliquer leurs parcours, leurs espoirs, leurs joies, leurs colères, leurs frustrations, leurs sentiments profonds, leurs bonheurs, et presque tout ce qui fait qu’ils sont des êtres entiers.
En se confiant à elle, en lui laissant la liberté de les photographier, ces femmes et ses hommes ouvrent grandes leurs portes et leurs coeurs. Quelques-uns ont choisi l’anonymat; plusieurs témoignent à visage découvert. Comme pour dire qu’il est plus que temps de briser les tabous et ces silences qui entretiennent les préjugés.
On croise Diana, Simon, Joceline, Vijay, Yasin, Baby, Fabiola, Dhiren, N., T., C., Finley, Birty, parmi la quarantaine de voix qui se font entendre dans le livre d’une soixantaine de pages et qui sort en version bilingue : kreol et français. Ils sont marchands ambulants, ouvriers, militants, artiste, prostituées, supporter, électricien, et vivent une réalité similaire à celle de leurs concitoyens.
Ce sont des photos d’eux qui composeront l’exposition. On les y voit sérieux, souriants, vaquant à des occupations du quotidien, tasses de thé en main, verre de bière à côté, travaillant, cuisinant, prenant la pose, les yeux brillants face à la caméra, les traits masqués par l’ombre.
Vera Fon Sing nous guide vers une vraie immersion dans le monde de ses hôtes. Tout cela aurait même pu être banal sans l’approche artistique et profondément humaine de l’auteure/photographe, dont le travail est mis en valeur par une mise en page qui respecte le ton du projet.
Liber laparol.
Mais toute la pertinence du projet réside dans la démarche de sa conceptrice. Elle précise au sujet de POZITIF : “Li anmemtan enn temwaniaz ek enn ankourazman pou liber laparol lor sitiasion VIH dan Moris.(…) Se enn angazman pozitif ek respektie ki invit nou reget nou bann konviksion intim ek nou vizion lor VIH. Li vinn rapel nou ki SIDA ankor tro souvan konsidere kouma enn fatalite ki tous zis enn parti lapopilasion. Avek otantisite, sa bann portre?la pa bizin okenn miz?an?senn. Zot expoze kouma bann invitasion pou sanz nou regar.”
Née à Maurice, Vera Fon Sing vit et travaille en France, où elle est partie faire ses études en 1994. Dix ans plus tard, rentrée pour un stage de fin d’études (DESS de Psychologie) auprès de l’ONG Kinouété, la situation sociale du pays l’interpelle. Il y a l’insécurité, la drogue et aussi le taux anormalement élevé de contamination au VIH. Tout cela lui restera en tête quand elle est embauchée en France dans un centre de réduction des risques auprès des usagers de drogues. Le constat est que si les Mauriciens sont au courant du VIH/SIDA, peu se sentent concernés et interpellés, malgré les campagnes, dont quelques-unes n’ont jamais atteint leurs objectifs premiers. Cette passionnée de photographie témoigne : “C’est ainsi que je me suis dit qu’utiliser le pouvoir, voire la puissance de la photographie documentaire, pour tenter, à mon niveau et sans prétention aucune, d’interpeller mes compatriotes, d’alerter, de sensibiliser sur la question serait peut-être une piste à exploiter.”
Lor koltar.
Comme précisé plus haut, aucune mise en scène durant la préparation du projet. “Je suis descendue sur le terrain sans savoir ce que j’allais y trouver, si j’allais trouver quelque chose… si je pourrais trouver des personnes qui accepteraient de me parler, d’être photographiées, de me parler de “leur” VIH, etc. Je savais le sujet sensible, délicat dans le contexte mauricien. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, je n’ai pas vraiment eu besoin de “convaincre” les gens. Je me suis contentée de me présenter, simplement, de parler de mon travail au quotidien et de ma démarche, d’expliquer mon projet et de leur demander s’ils étaient d’accord pour y participer”, confie Vera Fon Sing dans une déclaration à Scope.
Les personnes approchées ont bien voulu lui faire confiance. Malgré les tabous et les préjugés, ils ont accepté de parler et de se laisser photographier. “Je crois qu’ils ont été d’une part surpris de ma démarche, et qu’ils ont peut-être apprécié que l’on s’intéresse à eux de manière sincère. (…) Par ailleurs, le fait de devenir, d’un seul coup, “dignes d’intérêt”, les a peut-être aussi galvanisés et encouragés à se livrer.”
Met mo nom. Fer kone !
Elle explique son travail sur le terrain : “J’ai donc rencontré des gens qui avaient plein de choses à exprimer et à qui, peut-être, on ne donne pas assez souvent la parole. Des gens qui voulaient dire des choses, et qui voulaient le dire haut et fort. Je pense notamment à Finley, qui revendiquerait presque de faire connaître son statut sérologique, me demandant de publier son nom (“Met mo nom. Fer kone !”) ou Fanfan, 60 ans, qui a participé à POZITIF dans un réel souci de “témoignage” et précise ne pas faire ça pour lui, mais pour la jeune génération. (“Zordi, mo pe temwagne, me mo pa pe fer sa pou mwa. (…) Mo pe fer sa pou bann ki pe leve.”). Et puis, il y en a plein d’autres qui ont accepté de prendre la parole pour se raconter, mais aussi pour faire passer un certain nombre de messages à leurs compatriotes. Ainsi E., mère d’un enfant, aimerait qu’on brise les tabous, qu’on ouvre le dialogue sur le sujet avec nos enfants, pour le bien de tous (“Finn ariv ler pou ki bann Morisien pran letan asize pou fer konversasion lor sa size-la.”) et de raisonner à l’échelle de la nation : “Si kontinie avek sa tabou-la, nou pou koule koumsa ! Bato?la pou devir anbalao !” T., également mère de famille, s’élève : “Be nou bizin sanz nou regar. Aret get li kouma enn size tabou. Okontrer : ouver dialog avek nou bann zanfan !”
Extraits.
Les messages et appels lancés sont nombreux. La parole libérée débouche sur un véritable plaidoyer. D., 42 ans : “Samem pli fatig mwa : kan dimounn kone, zot get mwa anba ziska lao. Mwa ousi mo ti koumsa. Mo ti panse kan dimounn gagn sa, zot vinn meg?meg, zot vinn sek.”
Dhiren confie, pour sa part : “Mwa, mo ti panse ki SIDA pa konsern mwa. Mwa, ki ti ne dan enn fami Indou. Mo bann relasion sexiel, sete pa avek bann prostitie. Mo pa enn omosexiel. Zame mo’nn servi ladrog par inzeksion. Mo ti panse lakoz mo’nn al kolez, mo ena ledikasion… mo safe net !”
À 29 ans, Mimi se confie et raconte : “Sa kantite ki mo ti pe kontan [mo mari] la… mo ti aksepte tou. Li pa ti dir mwa li malad li. Se par labous kamarad ki mo’nn kone. Ti ena enn defayans ladan. Mo pa ti oule servi prezervatif tansion li santi li vexe. Mo’nn sakrifie mo lekor akoz li. Apre, si enn zom vremem li kontan enn fam, li pa pou avoy li al vann so lekor. Si li ti kontan mwa kouma li ti pe dir, li pa ti pou avoy mwa lor sime al trase. Li pa ti pou bat mwa. Sa finn pran mwa lontan pou mo al trouve ki li pa kontan mwa kouma mo ti kontan li.”
Fanfan analyse : “Ena dimounn ki panse ki kan ou ena sa maladi-la, ou pe sarye lamor lor ou ledo. Zot evit ou, lev nene ar ou, refiz frekant ou. Anfet, zot pa kone mem sa maladi?la ki li ete. Ena, zot panse ki letan zot pe frekant ou, zot kapav trap sa ar ou.”
E., 47 ans, témoigne : “Si mo pa ti seropozitif, ti pou diferan. Sa ipokrizi ki pe fer la, sa touy mwa ! To fini resanti li twa ! Parey kouma enn zanfan, li kone ki dimounn ki pe kontan li, ou pa pe kontan li. Abe li parey. Nou resanti ki dimounn ki sinser anver nou ou pa. Ena enn sertin laper dan bann dimounn.”
Évoluer.
L’exposition et le livre aspirent à un changement réel, une évolution. C’est dans cette perspective que Vera Fon Sing a monté son projet. Interrogée quant aux retombées attendues, elle dit espérer “des retombées essentiellement sociales voire sociétales. Que les choses bougent, petit à petit, au niveau des mentalités et au niveau des attitudes. Ces phénomènes – avérés ou redoutés – de rejet dans l’entourage proche et ces remarques déplacées de la part du personnel soignant sont souvent liés au fait que le VIH/SIDA est une maladie que beaucoup considèrent comme une “faute”. Or, qui sommes-nous pour condamner cela ? Ce regard empreint de jugement pèse sur les personnes séropositives ; c’est comme si on condamnait les personnes séropositives, comme si on leur disait qu’elles le méritaient. Les circonstances dans lesquelles une personne a été infectée, ça ne nous regarde pas. (…) POZITIF pourrait peut-être contribuer à ouvrir l’esprit des gens, qui ont trop souvent tendance à réduire les personnes sous un aspect, comme la séropositivité… mais un individu est loin de n’être que ça et ne saurait se résumer à un virus. Quand on prend le temps de s’intéresser au parcours des gens, on s’aperçoit que ces personnes sont finalement des gens “bien”, encore faut-il qu’on accepte de dépasser cette “étiquette” pour aller voir ce qu’il y a derrière…”
Temwaniaz pwanian.
La préface du documentaire photographique est signée Cassam Uteem. “Sertin sa bann temwaniaz?la bien pwanian ek montre non selman bann dega fizik, me sirtou psisik lor bann dimounn. Ena ousi bann temwaniaz kot nou retrouv bann stigmat SIDA, e ki finn rakonte avek enn fransiz sezisan, ek san okenn lamertim. Tretman imilian ki zot pe gagne dan etablisman piblik, regar meprizan, difikilte pou insere ou reinsere dan lasosiete ou dan enn travay. Sa bann dimounn ki nou finn krwaze san get zot la, POZITIF invit nou rankontre zot ek sey konpran kouma zot asim zot par responsabilite dan seki finn ariv zot e kifer zordi, zot pe bizin viv avek viris?la. Selman, zot espere ki nou pou konn konsider zot san ziz zot”, écrit l’ancien Président.
Bien que les financeurs n’ont pas été nombreux Vera Fon Sing a bénéficié du soutien de quelques partenaires. Parmi, elle cite “Nelly Yip Tong, qui a largement collaboré à ce projet, d’un point de vue artistique et éditorial avec ToolBox; le Groupe A de Cassis/LacazA, qui parraine le projet; le Bureau du Premier Ministre pour son soutien à travers Culture et Avenir; le ministère des Arts et de la Culture; Yip Tong & Sons; Maurice Design Ltd; Mauritius Union Foundation; ENL; Sensoria Home; TPrinters; Bagatelle; Rogers; Bookcourt; les partenaires media : Scope, Le Mauricien, ACTogether et quelques donateurs privés…”
Regard POZITIF.
Le livre sera prochainement dans les librairies et les recettes de sa vente seront intégralement versées au Groupe A/Lakaz A, qui oeuvre pour les personnes en position de vulnérabilité. L’exposition sera visible à tous.
À quelques jours du lancement de POZITIF, Vera Fon Sing espère que son projet sera vu avec “un regard POZITIF. Un regard intéressé et ouvert, dénué de tout sentiment de pitié ou de rejet. L’esprit de ce travail est d’inviter les Mauriciens à considérer les personnes séropositives, de s’intéresser à elles, de les “rencontrer”, de se rappeler qu’avant d’être des personnes séropositives, ce sont des êtres humains, des citoyens qui, comme chacun, ont des aspirations, des joies, des difficultés, un travail, une famille, font des études, vont en discothèque, mangent des gâteaux piments, stressent pour les examens du CPE, trient leurs brèdes, etc. Le livre et l’exposition présentent des portraits de ces compatriotes dans toute leur normalité. On pourrait aussi les regarder avec un regard… normal”.