Une plainte sera logée en Cour suprême dans quelques jours pour contester les résultats des élections villageoises à Mahébourg. Le Groupement Travailliste qui a remporté quatre sièges dans ce village reproche au Returning Officer de n’avoir pas accédé à sa requête pour un recount le jour de la proclamation des résultats.
Dix voix séparent le neuvième élu, issu du Meilleur Mouvement Socialiste de Mahébourg et le candidat suivant, venant du Groupement Travailliste. Ce dernier a demandé un recount car, déclare-t-il, il y a eu des confusions. « Selon nos agents qui étaient dans la salle, nous menions par cinq sièges contre quatre. Mais au moment de la proclamation officielle, la situation a été inversée », explique Namita Dabedeen, leader du parti. Elle affirme avoir demandé un recount sur place mais, dit-elle, le Returning Officer a refusé.
« La nouvelle loi dit qu’il n’y a pas de recount sur plus de dix voix d’écart. Or, il y a exactement dix voix entre notre candidat et l’adversaire. Je peux comprendre qu’il s’agit d’une nouvelle loi et qu’on ne la maîtrise pas encore, mais il fallait nous donner l’opportunité de faire entendre notre voix. »
Namita Dabedeen dit avoir fait une déposition à la police de Mahébourg dimanche après-midi. « Le dossier est actuellement entre les mains de nos avocats. La plainte sera logée dans les jours à venir. »
Les candidats du Groupement Travailliste de Mahébourg affirment que leurs « droits ont été bafoués ». Ils soutiennent également que Mahébourg « reste un bastion rouge contrairement à ce que dit Paul Bérenger ». Les travaillistes attribuent également les résultats dans ce village au fort taux d’absentéisme. « Nous ne sommes pas de mauvais perdants, nous voulons que justice soit faite », martèlent-ils.