À jour J-1 du Nomination Day pour les élections dans les 130 Village Council Areas, l’enjeu demeure la présence des femmes sur les listes des 420 groupes qui se sont fait enregistrer auprès de la Commission électorale la semaine dernière. Techniquement, à la clôture du dépôt des candidatures, la Commission électorale devra se retrouver avec un minimum de 680 candidates pour les 1 170 sièges de conseillers à pourvoir dans les villages. Du côté de la Commission électorale, après la séance de travail de mercredi avec les 130 Returning Officers au sujet des procédures pour le Nomination Day, l’on affirme être prêt pour le bon déroulement de cette première étape des élections villageoises.
Toutefois, l’investiture à au moins trois candidates sur les neuf présentés par un groupe dans un village donné nécessite des efforts supplémentaires de la part des dirigeants de groupes en question. Depuis le début de cette semaine, ils sont engagés dans une véritable course contre-la-montre pour engager un minimum de femmes dans la bataille des villageoises. Ils multiplient les contacts auprès des candidates éventuelles au niveau des villages.
Les résultats semblent être mitigés. « Ce n’est pas que les femmes ne sont pas intéressées par la politique au niveau régionale. Mais les conventions sociales sont telles qu’elles doivent avant tout consulter leurs plus proches parents avant de donner leur aval pour que leurs noms puissent figurer sur les bulletins de vote. Ce n’est nullement une partie facile », fait comprendre un vétéran des élections villageoises dans le sud de l’île. La confiance est de mise que le minimum de trois sur neuf aux termes de la Gender Balance préconisée dans la nouvelle Local Government Act sera atteint lors du Nomination Day.
À la Commission électorale, cette question de Gender Balance dans les candidatures de groupes figure parmi les principales préoccupations abordées lors de la précédente réunion avec les Returning Officers des Village Council Areas, mercredi dernier, en prélude au dépôt des candidatures demain. « Le concept de Gender Balance s’appliquera à tout groupe présentant plus de deux candidats sur neuf lors des élections villageoises. En vue de faciliter la tâche des responsables de groupes et des Returning Officers, la Commission électorale a préparé un tableau des minima de qualification pour les groupes. En cas de non-respect de la Gender Balance, les candidatures seront éliminées aux termes des règlements », fait comprendre le commissaire électoral Irfan Rahman.
Pour le Nomination Day, les membres de l’Electoral Supervisory Commission et des officiels de la Commission électorale effectueront des tournées dans les différentes régions. « Nous serons présents dans tous les centres d’enregistrement pour faciliter l’exercice de dépôt des candidatures sous de nouvelles conditions. À ce stade, la Commission électorale est prête pour cette étape », ajoute le commissaire électoral, qui rappelle que l’exercice se déroule de 9 h à 15 h avec une heure supplémentaire pour les contestations.
Pour pouvoir contester un des neuf sièges, le candidat éventuel doit être inscrit sur le registre de la Commission électorale pour le Village Council Area en question. Il doit nécessairement produire sa carte d’identité nationale avec le Nomination Paper (Form V), le Group Certificate (Form VI) certifiant qu’il peut briguer le suffrage sous la bannière du groupe choisi et une déclaration formelle quant à son sexe. Une caution de Rs 250 est également payable.
Les candidats aux villageoises seront également appelés à souscrire au Code de Conduite, qui a été avalisé lors de la réunion de l’Electoral Supervisory Commission mercredi dernier. Ce même code sera en vigueur pour les élections municipales du 9 décembre avec le Nomination Day se déroulant mercredi prochain.