Les habitants de l’Ouest ne se sont pas pressés samedi pour aller s’inscrire en vue des élections villageoises du 2 décembre. Dans certains Nomination Centres, les Returning Officers ont dû patienter des heures durant avant l’arrivée des premiers candidats. Certaines mini-manifestations n’ont pas eu l’effet escompté, la bonne humeur n’étant pas au rendez-vous.
Très peu d’engouement chez les habitants de l’Ouest. Pour la plupart, ils n’étaient pas au courant de ce qui se tramait dans les autres villages. Sillonnant le plus long district de l’île, Le Mauricien a constaté que les candidats n’étaient guère pressés de se rendre au Nomination Centre de leur localité.
Il est 9 heures à l’école du gouvernement de Petite-Rivière et les policiers, Returning Officer et autres officiers attendent d’inscrire ceux qui veulent se porter candidats. À 9 h 35, personne en vue.
Un peu plus loin, à Gros-Cailloux, la Pierre Desvaux-de-Marigny Government School a accueilli ses premiers candidats à 9 h 50. Bien décidés à remporter la bataille, les membres du parti « Fourchette », et quelques uns de ses partisans, s’adonnent à une procession sur une centaine de mètres. Mais cette petite mise en scène de trois minutes passera presque inaperçue. Les neuf candidats nous ont confié avoir des projets plein la tête et vouloir travailler pour leur village.
10 h 10. À l’école primaire de Bambous A : personne. Une dizaine de minutes plus tard, le Senior Counsel Me Désiré Basset fait son arrivée et vient saluer les officiers qui attendent les premiers candidats. Ce n’est que vers 14 heures que les choses commencent à se bousculer à Bambous. Quelques personnes osent enfin venir s’inscrire,  accompagnées de quelques sympathisants au rythme de ravannes et de tambours assez timide. L’école étant à toucher au poste de police, des policiers observent la scène de leurs bureaux alors que d’autres sont à l’extérieur. Tout se passera toutefois sans anicroches.
À Tamarin, aucun candidat n’est ne s’est pointé et il est 10 h 40. Seul le vent trouble le calme de l’école St Benoît RCA.
À l’inverse, à Grande-Rivière-Noire, le parti de la Rose, avec ses neuf membres, s’était déjà inscrit. À 11 heures, un autre groupe, « L’étoile de mer », complétait le formulaire d’enregistrement, pendant qu’un indépendant s’adonnait à la même tâche.
À Case-Noyale à la mi-journée, deux partis s’étaient enregistrés. Le groupe « Progressif Case-Noyale », représenté par un cerf-volant, confie que la localité a besoin de loisirs, à la fois pour les jeunes et moins jeunes. « Village Council pa fer nanye… » Entre les problèmes des eaux usées et les routes en mauvais état, le parti estime que les représentants du Conseil n’ont pas, ces sept dernières années, fait progresser le village de Case-Noyale.
En début d’après-midi au Morne, le « Groupe Zenfan Le Morne Lévé-Dibouté », le « Kite Party » et quatre indépendants s’étaient inscrits. À La Gaulette SSS, trois indépendants s’étaient déjà inscrits, dont un qui a déjà occupé les fonctions de président de village à Rose-Belle et de conseiller à Rivière-Noire. Un parti s’est présenté au collège d’État mais a rencontré quelques problèmes pour l’enregistrement. Toutefois, l’un des candidats nous a confié que tout est rentré dans l’ordre après avoir sollicité le commissaire électoral, Irfan Rahman. « Linn dir nou ki ofisie-la inn fer erer », devait-il lâcher. Ils étaient arrivés à bord de plusieurs véhicules, drapeaux à la main avec leurs sympathisants. « Nou priorite se ed bann vilazoi ki dan difikilte… Devlopman bizin pou tou dimounn, pa zis dan kartie bann manb konsey », a lancé le membre du parti « Sapo ».