L’émotion était à son comble ce matin à l’école René Villiers Govt School ce matin à l’école du gouvernement Villiers René, Port-Louis. La distribution des résultats du CPE a été marquée par des pétarades dans cet établissement qui réalise cette année un taux de réussite de 92,3 %.
À 9 h à rue La Paix, dans le bureau du directeur, l’excitation était perceptible. « Nous sommes tous très heureux et satisfaits. Nous avons une bonne équipe pour encadrer nos élèves et les résultats sont là », affirme Hurrylall Luchoo, directeur, tenant dans ses mains les résultats : 92,3 % de réussite cette année contre 96,6 % l’année dernière. Le directeur déclare avoir relevé un seul cas de resit en français. « Bien que le taux de réussite a chuté, nous avons néanmoins eu une cuvée de meilleure qualité. Cela se voit rien qu’en prenant en considération les collèges obtenus par nos élèves », dit-il. En effet, un tiers de ses élèves fouleront l’enceinte de plusieurs collèges de renom l’année prochaine. « Une quinzaine des garçons iront au Collège Royal de Port-Louis et de Curepipe alors que trois de nos filles seront au Queen Elisabeth College contre une entrée l’année dernière », poursuit M. Luchoo. Pour lui, la bête noire des élèves cette année a été l’épreuve de français. « Ils sont nombreux à rencontrer des problèmes dans cette matière », concède-t-il.
Les Peerbocus, eux, étaient émus de prendre connaissance des notes de leurs fils aîné Haydar ce matin. Avec 5 A+ et un A en urdu, ce jeune de Port-Louis a décroché une place au Collège Royal de Port-Louis. Timide de nature, il affiche toutefois sa fierté de pouvoir fréquenter le même établissement que son père et envisage même de marcher sur ses pas en se traçant une carrière dans les finances. Pour son père, Djamil, les résultats sont « plus que satisfaisants ». « J’étais très pris par le travail durant cette année et je n’avais pas autant de temps à lui consacrer. Je suis très content de voir qu’il s’en est très bien sorti », dit-il.
Joie partagée également du côté des Padaruth. « Eski ena enn lot mo pli fort ki “satisfe” ? », se demandent-ils. Leur cadette Deeshaa ainsi que son amie Divishti Giyani ont pu décrocher une place au Queen Elizabeth College. « C’est un rêve qui se réalise », concèdent pour leur part les deux filles. Le maître mot : sacrifice et travail assidu avec l’aide des leçons particulières.
Pour Priscilla Hookoom, jeune institutrice qui enseigne pour la première fois au CPE et dont cinq élèves ont décroché une place au Collège Royal de Port-Louis et Curepipe, « le secret de la réussite ne réside pas que dans l’enseignement. C’est aussi pouvoir gagner le coeur des enfants ».