Le poids des années ne semble pas avoir d’emprise sur le cavalier mauricien le plus expérimenté actuellement en selle au Champ de Mars. En effet, Vinay Naiko, qui soufflera ses 44 bougies cette année, tient encore la dragée haute face à ses jeunes pairs, enregistrant un brillant doublé samedi dernier pour porter son total à sept réalisations cette saison et à 161 victoires en carrière.
Mais comment fait le jockey «vétéran» pour rester toujours aussi vert ? Le principal intéressé nous donnait déjà un début de réponse dans notre précédente édition. « Comme je l’ai dit dans les colonnes de Turf Magazine la semaine dernière, je suis un grand travailleur et c’est ça qui fait la différence selon moi. J’aime la discipline et je veux que tout se passe comme il faut. Je pense que c’est aussi cela qui me permet de garder la forme actuellement. J’aurai effectivement 44 ans bientôt but I’m still going strong, » a-t-il rappelé à l’issue de la victoire de Jambamman dans l’épreuve de clôture.
Cette victoire, Vinay Naiko tenait à tout prix à la dédier à Randhir Pertaub qui a connu une saison de vaches maigres depuis la 2e journée ! « Je tiens à remercier Randhir qui m’a fait confiance avec ce cheval. Cela faisait un moment déjà qu’il voulait me confier cette monte et c’est maintenant chose faite. Je sais qu’il n’est pas facile de faire tourner un petit entraînement comme le sien mais j’espère que cette victoire va lui remonter le moral. Je serai toujours disponible pour lui donner un coup de main et pourquoi pas lui ramener d’autres victoires si jamais il devait faire appel à moi ».
Deux victoires et une suspension
L’issue paraîssait pourtant incertaine après la mise en route laborieuse du poulain de Randhir Pertaub. « Je ne m’attendais pas que Jambamman manque le départ. Il a marqué un temps d’arrêt à l’ouverture des boîtes mais je n’ai pas paniqué suite à ça. Je l’ai laissé courir tranquillement dans son pas. Je dois cependant dire qu’il voyageait très bien tout au long de la course. Il est certes très difficile d’évoluer dans ce genre de position mais il m’a bien surpris dans la dernière ligne droite quand il a sorti ce superbe finish pour laisser sur place ses adversaires. C’est un jeune cheval et je pense qu’il a un bel avenir devant lui sur notre turf ».
Ce 16e acte, Vinay Naiko l’avait débuté victorieusement avec No Prisoners de l’entraînement S. Ramdin. Même s’il n’y officie plus comme le jockey titulaire, notre interlocuteur a pleinement savouré le succès de ce coursier avec lequel il a été aux petits soins depuis le début de l’année. « Nous avons pris beaucoup de patience avec No Prisoners. Il avait beaucoup progressé après sa course de rentrée et je lui accordais une très bonne chance. On s’est occupé de ses problèmes au sabot et il était dans une position idéale pendant la course. Il a très bien accéléré en ligne droite. Je dois aussi faire ressortir qu’il s’est montré plus concentré avec le nouvel équipement qu’on lui a mis. C’est une grande victoire pour moi, surtout pour ses propriétaires et pour l’entraînement S. Ramdin ».
Interrogé sur ce fameux «nouvel équipement» dont No Prisoners était muni samedi dernier, Vinay Naiko nous avouera que l’idée d’essayer les side winkers lui est venue mardi matin quand il a senti sa monture moins concentrée lors de son travail. « C’est un grand bonus pour moi d’obtenir deux victoires en tant que freelance aujourd’hui (NDLR : dimanche dernier) car les montes, surtout les bonnes, deviennent de plus en plus rares en ce moment », nous avait aussi déclaré le Mauricien. Mais il devra toutefois observer une journée de mise à pied assortie d’une amende de Rs 25 000 après avoir été trouvé coupable de careless riding par les Racing Stewards sur ce même No Prisoners samedi dernier.