Vincent Allet, vous étiez dans un passé proche, un des porte-parole de l’association des entraîneurs. Comment avez-vous trouvé l’annulation de la quatrième course ? Une décision que la majorité des turfistes trouve être absurde…
L’association n’existe plus, mais je suis toujours intéressé par tout ce qui touche aux courses. Je ne vais pas vous surprendre si je dis que je trouve cette décision aberrante. Pourquoi ne peut-on pas avoir droit à des courses avec quatre ou cinq chevaux alors que dans plusieurs autres pays, cela est chose courante. Ce règlement avait été mis en place par l’ancien board de la Gambling Regulatory Authority. On pensait qu’après les belles paroles de Me Raouf Gulbul, les mesures appropriées allaient être prises, mais rien n’a été fait.