La belle série continue pour l’entraînement Vincent Allet et son jockey Ryan Wiggins. Pour la troisième semaine consécutive, ce tandem s’est retrouvé dans la winner’s enclosure grâce à Moonlight Runner et Pajama Party. La moisson aurait été plus fructueuse si Dealer’s Charm n’était pas tombé sur un Silver Dice complètement retrouvé. Mais avec  deux victoires, Ryan Wiggins se dit tout de même satisfait. « The horses are showing that we are on the right track and if we can manage to have a winner every week, we will be happy », déclare l’Australien.
Avec une carte décente à sa disposition, Ryan Wiggins attaquait cette 11e réunion avec des ambitions légitimes, même s’il nous confie qu’il n’était pas capable « to say with confidence which horse was his best chance. » Si Nation Glow et Mexican Sun ne furent que de simples spectateurs dans les deux premières épreuves de la journée, Wiggins se signala avec l’outsider Moonlight Runner dans l’épreuve suivante, lorsque ce dernier bouleversa les pronostics en prenant la mesure d’Answeringenesis, donné pour beaucoup comme le banco du jour.
Pourtant, les chances de victoire de Moonlight Runner ne paraissaient pas aussi évidentes sur le papier, surtout qu’il avait accusé un surplus de 9 kg à la balance, mais à la faveur d’un bon départ, il a pu se mettre dans le dos du favori et au moment du sprint final, il a été le seul à se lancer à sa poursuite pour ensuite le coiffer pratiquement au poteau. « We kept him fresh as he bled last time. We opted for a 1000m race as we didn’t want to be hard on him. That’s how it worked for Moonlight Runner », explique Ryan Wiggins.    
La victoire de Moonlight Runner a été accueillie comme une source supplémentaire d’encouragement chez Vincent Allet vu que c’est un cheval difficile à entraîner. « Il avait connu de gros problèmes au sabot et ne voulait pas travailler. Je tiens à remercier Sébastien Poupard et toute son équipe car il a fallu ajuster le fer de Moonlight Runner pour qu’il puisse travailler convenablement. Je remercie aussi Mike Aglae, notre chef palefrenier, qui abat un gros travail à l’écurie. Sans oublier notre trackrider Nitish Oodith, qui nous donne un sacré coup de main chaque matin, et Sachin Chowa, qui n’a pas rechigné à monter Moonlight Runner quand ce dernier se trouvait à Floréal », déclare Ravi Rawa.
« Vincent Allet sait faire son homework »
« Moonlight Runner n’est pas facile à entraîner car c’est un bleeder. Il faut tout le temps être aux petits soins avec lui et bien préparer son programme de travail. Et là, je dois tirer mon chapeau à Vincent Allet, qui connaît bien son travail et qui sait faire son homework », n’a pas manqué d’ajouter l’assistant-entraîneur. Vu qu’il a encore saigné samedi, ce n’est pas de sitôt qu’on reverra Moonlight Runner en compétition. Mais sa prochaine sortie devrait être sur la même distance. « There is no need to push time further », assure pour sa part Wiggins.
Alors que le doublé était envisagé avec Dealer’s Charm dans la septième épreuve, c’est Pajama Party qui suppléa son compagnon d’entraînement dans l’épreuve de clôture en s’imposant de bout en bout. Ce coursier n’avait pas mal couru en classe supérieure à ses débuts et Ryan Wiggins fut même interrogé par les Racing Stewards pour sa monte. Aligné dans une catégorie largement à sa portée, le gris ne se fit pas prier pour aller cueillir sa première victoire au Champ de Mars.
« He jumped well but nonetheless I had to press him a little bit to get there. This is why he got a little bit tired in the final stages but he showed guts to fight them off to the finishing line. It was only his second run in Mauritius. I think he can mature into a good horse here and in my humble opinion, he can go as far as 1850m or even 2000m », estime notre interlocuteur.
La plus grosse déception de la journée reste incontestablement la défaite de Dealer’s Charm dans The Prat & Quantum Pas Roule Brit Souvenir Cup.  « We are extremely disappointed he didn’t win. Probably the 1400m was a fraction too short for him. But he still ran a terrific race, beating all the horses we thought he could beat. Unfortunately he got beaten by a long shot (ndlr: Silver Dice offert à  69/1 chez certain bookies à la fermeture des paris) which is not ideal. But it happens in races », dira l’Australien, visiblement très déçu.