Transferts d’enseignants : la GTU dénonce « la loi de la jungle »

166

Vinod Seegum, président de la Government Teachers Union (GTU), n’en peut plus avec la manière dont les enseignants sont transférés à travers les écoles du gouvernement. Selon lui, cela relève de « la loi de la jungle ».

« Il existe beaucoup trop d’injustice dans le système étant donné que les enseignants sont souvent transférés sans critère », invoque Vinod Seegum ce jeudi 8 février. Selon le président de la GTU, il existe actuellement un comité comprenant la GTU ainsi que d’autres syndicats qui dressent généralement une liste spécifique de transferts d’enseignants dans les différentes écoles du pays. « Nous remarquons lors de la rentrée des classes, que des directeurs des zones font une falsification de cette liste. La liste de transferts que nous avons signée devient alors méconnaissable », avance-t-il. La GTU, qui s’est rendue au ministère de l’Éducation plusieurs fois afin de corriger la liste, n’a jamais eu gain de cause. Vinod Seegum demande ainsi au ministère de revoir de fond en comble l’exercice de transfert, de peur que cette manière d’opérer amène un taux de frustration énorme dans les écoles et auprès des enseignants. « Il faut qu’il y ait une consultation avec les syndicats reconnue dans le secteur afin de professionnaliser et revoir les critères de transferts par rapport aux écoles ayant le plus besoin d’enseignant », affirme Vinod Seegum.

Une tablette pour tous

Concernant la distribution des tablettes dans les écoles primaires depuis le début de l’année, le président de la GTU salue l’initiative qu’il qualifie d’historique et de fort louable. Il a d’ailleurs fait ressortir que ces tablettes sont uniquement un support pédagogique, souhaitant ainsi qu’à l’avenir, d’autres classes en aient également accès. 

Par ailleurs, Vinod Seegum fait ressortir que beaucoup de classes sont « overcrowded ». Il rappelle ainsi que la politique du ministère de l’éducation est que le nombre d’élèves dans une classe ne peut dépasser 40. « Je fais appel au gouvernement pour qu’il revoie les classes qui sont trop remplies. Cela permettra d’avoir un enseignement efficace dans les classes. »

Embouteillage : « Les enseignants ne peuvent laisser les enfants seuls »

Avec les récentes déviations qui affectent les usagers de la route depuis le début de la semaine, le président de la GTU souligne que « toutes les écoles de l’île ne sont pas concernées par le problème d’embouteillage, mais seules celles de la capitale et ses alentours ainsi que celles de Rose-Hill », précisant qu’elles sont une quarantaine dans le premier cas et une vingtaine dans le second. « Au primaire, l’affectation des enseignants dans les écoles se fait sur une base régionale. Donc, il ne devrait pas y avoir de gros problèmes pour les enseignants de se déplacer. Mais il peut toujours y avoir des bouchons dans certains endroits. Comme on le sait, contrairement aux autres fonctionnaires, qui travaillent dans un bureau, les enseignants ont la responsabilité d’une classe. Ils ne peuvent laisser les enfants seuls. »

Il considère ainsi « dommage » que les enseignants n’aient pas eu l’occasion d’exprimer leurs points de vue et de faire des propositions sur la question.