La Government Teachers Union (GTU) poursuit ses revendications. Elle souhaite notamment que l’on enlève l’écart salarial entre les enseignants du primaire et ceux du secondaire.
« Ce n’est pas possible qu’aujourd’hui il y ait onze increments de différence entre le starting salary d’un instituteur et celui d’un enseignant du secondaire », soutient Vinod Seegum, président de la GTU. Il est d’avis que les deux « ont les mêmes qualifications » et que les instituteurs travaillent « dix fois plus » que les profs du secondaire.
Selon la GTU, les conditions et l’environnement de travail des enseignants du primaire sont très « complexes » et « difficiles ».
La GTU salue par ailleurs la nomination de Dev Manraj à la présidence du comité d’anomalie. C’est « une personne de dialogue » avec qui elle compte collaborer, dit-elle, ajoutant qu’elle espère qu’il fera un « travail formidable afin d’éliminer toutes les frustrations ».
Le président de la GTU a aussi fait part de sa satisfaction quant au bon déroulement de la marche du 27 octobre. Une marche qui se tiendra toutefois à nouveau si le besoin s’en fait sentir dans l’avenir.