Dressant un bilan de l’année écoulée dans l’éducation primaire, Vinod Seegum, président de la Government Teachers Union (GTU), se réjouit que la MIE Act a pu être amendée en avril 2017, permettant au MIE de devenir un awarding- body. Mais surtout, « pouvant désormais dispenser des cours que les enseignants du primaire attendent depuis 1987, leur permettant de rehausser leur qualification ». Selon ses informations, ce cours devrait démarrer incessamment et « ce sera l’événement phare de l’année ». « Personnellement, j’ai attendu depuis trente ans pour suivre ce cours. Mais, je pars maintenant à la retraite » confie Vinod Seegum.

Revenant sur le Nine-Year Schooling et les examens du PSAC dont c’était la première édition cette année, Vinod Seegum, qui dit avoir soutenu le projet tout comme « on a aussi critiqué les manquements », trouve que ce système « allège le fardeau des élèves ». Quant aux critiques reçues, il estime qu’il y en a toujours quand un projet est nouveau mais que ce sera « bon sur le long terme ».

Autrefois, « avec le CPE, quand un élève composait les examens de Std V, on l’examinait sur ce qu’il avait fait en Std IV et en VI, on l’examinait sur ce qu’il avait fait en Std V. C’était un crime et j’ai toujours dit qu’il fallait mettre fin à cela. Maintenant, quand il a fini avec son syllabus de Std V, en VI, il peut en d’autres mots se débarrasser de ses manuels de Std V ». Selon lui, le Modular Exam s’est bien déroulé et « les enfants ayant composé le PSAC ont eu trois matières seulement ayant déjà composé deux autres en Std V. C’est un des facteurs ayant amélioré la performance dans l’ensemble ».

Par contre, Vinod Seegum estime qu’il faudrait « changer le contenu des manuels, surtout ceux de SSEE et de Maths. Il y a des thèmes qui étaient enseignés auparavant au collège et qu’on retrouve en primaire. Certaines choses sont trop avancées ». Il accueille favorablement la venue des quelque 400 holistic teachers nouvellement recrutés pour l’enseignement de matières non académiques et « qui permettront aux enseignants de mieux se concentrer sur les matières principales ».