L’enquête sur le viol et meurtre atroce de Chandrama Bullywon (80 ans), habitant Camp-Fouquereaux, a franchi une nouvelle étape avec la reconstitution des faits dans le courant de l’après-midi d’hier. Le suspect Sooriadev Chintamin (25 ans) est retourné sur les lieux, sous forte escorte policière – et conspué par le public –, afin de rejouer le scénario de cette agression sexuelle et des coups mortels qu’il a infligés lundi à cette retraitée sans défense.
Un important dispositif de la police a été déployé hier à Camp-Fouquereaux en vue du bon déroulement de la reconstitution des faits, vu que depuis cette terrible nouvelle en début de semaine, habitants et proches de la victime sont très remontés contre le présumé violeur et agresseur. Tout d’abord les responsables de la police devaient interdire l’accès à la rue menant au domicile de Chandrama Bullywon aux véhicules. Un plan de déviation routière a été mis en place pour les autobus desservant cette région et autres automobilistes empruntant les rues latérales. De leur côté, les habitants et membres de la famille de l’octogénaire ont été tenus à distance, à l’extérieur du périmètre de sécurité.
En présence des éléments du Scene of Crime Office (SOCO) et des limiers de la Criminal Investigation Division, Sooriadev Chintamin a indiqué les moindres faits et gestes qu’il a commis lors cette agression sexuelle dans la journée de lundi. D’abord, il a indiqué à la police où il est descendu d’un autobus après une beuverie. Il s’est ensuite dirigé vers la maison Chandrama Bullywon, située non loin, pour demander à sa victime de lui donner quelques pamplemousses. Mais la femme lui aurait dit « revini taler ».
Le suspect devait en effet plus tard revenir à la charge en s’introduisant dans la cour de Chandrama Bullywon. Il devait embrasser cette dernière sur les joues. L’octogénaire s’est alors réfugiée dans sa maison. Mais l’habitant de Phoenix devait également s’y introduire en passant par la fenêtre du salon. Le présumé bourreau a ensuite montré aux responsables de l’enquête comment il a infligé des coups mortels au visage de sa victime avant de l’agresser sexuellement.
Sooriadev Chintamin a également conduit les enquêteurs à un robinet, se trouvant sur l’extrême droite du domicile, où il s’est lavé les mains après. C’est à cet endroit précisément qu’il a été repéré et maîtrisé par des voisins ainsi que des proches parents de Chandrama Bullywon dans la journée de lundi avant qu’il ne soit livré à la police.Cette reconstitution des faits, qui aura duré une bonne heure hier après-midi, s’est déroulée en présence d’une foule remontée contre le présumé violeur et meurtrier de cette femme de 80 ans. Le suspect a été conspué tout au long de cet exercice mais surtout à la fin alors que les enquêteurs l’embarquaient dans un véhicule pour le reconduire en cellule policière. « Ta move asasin ! To pa onte to fer sa avek enn bolfam 80 ans. La polis ti bizin larg sa mons-la enn kout dan nou lamin nou koriz li… », devait vociférer la foule hostile, qui était toujours sous le coup de l’incompréhension devant un tel acte odieux.