La magistrate Niroshini Ramsoondar, siégeant en Cour criminelle intermédiaire, a retenu la culpabilité de Nazim Moisdeen pour les cinq chefs d’accusation qui pesaient sur lui dans une affaire de violence alléguée. La sentence sera prononcée dans les jours à venir.
Nazim Moisdeen était entre autres accusé d’« obstructing public officers in the performance of their duty » et de « possession of offensive weapon in a public place ». L’accusé avait commis ces délits le 3 novembre 2010 à Goodlands. Lors de son arrestation, il avait plaidé non-coupable. Toutefois, lors de son procès, il a plaidé coupable d’« obstructing public officers in the performance of their duty » et de « Damaging motor vehicle ».
Dans sa déposition en cour, le policier Gopaul a déclaré que ce jour-là, à la suite d’une plainte sur fond de dispute conjugale chez l’oncle de l’accusé, il s’est rendu au JSS Road, à Goodlands. L’accusé est arrivé par la suite. Il tenait un sabre dans la main droite et avait l’air menaçant. Il lui a été ordonné de lâcher son sabre et le policier lui a lu ses droits. Mais, Nazim Moisdeen a refusé. Il a par la suite endommagé un véhicule avant de prendre la fuite. Il a aussi été accusé d’avoir conduit un véhicule sans permis et sans le consentement de son propriétaire, un dénommé Imteaz Soobhany.
L’accusé, qui n’avait aucun témoin pour soutenir sa version des faits, a déclaré qu’il se trouvait sur les lieux mais qu’il n’avait pas brandi de sabre le jour du délit. Nazim Moisdeen a aussi déclaré qu’il avait pris le véhicule de son ami Soobhany avec son consentement mais qu’il n’avait pas de permis. Il s’en est excusé auprès des policiers. L’accusé a toutefois déclaré qu’il est parti quand il a vu que la situation dégénérait.
La cour a retenu la version du policier, considérant que la poursuite a su produire des preuves concernant les chefs d’accusation retenus contre Nazim Moisdeen.