« La violence domestique est un issue national. Cela concerne tout un chacun, il ne faut pas la banaliser ». Ce sont les propos de la vice-Première ministre, Fazila Jeewa Daureeawoo, qui s’exprimait à la Prison de Beau-Bassin ce jeudi 8 novembre, dans le cadre d’une formation dédiée aux officiers de prisons.

En 2016, la loi a été modifiée pour élargir la définition de la violence domestique et les lois se sont également endurcies, explique la ministre. Cependant, elle est d’avis que les lois ne suffiront pas à faire bouger les choses concernant la violence domestique dans le pays. Selon elle, un encadrement, des causeries incluant les époux, des formations auprès des magistrats, des avocats, des officiers de la prison sont les éléments clés dans ce combat. « Nous faisons fausse route en croyant que le problème sera résolu en augmentant les peines », a-t-elle fait ressortir.

Cette rencontre a été aussi l’occasion pour souligner l’importance de la réhabilitation au sein des prisons, afin de « connaître les raisons de l’acte de l’accusé. C’est une bataille difficile, mais il faut les venir en aide afin qu’ils ne récidivent plus », a-t-elle souligné lors de son discours.