À l’occasion de la journée internationale de la femme, l’aile féminine du PMSD a réuni la presse vendredi dernier pour commenter l’actualité “sombre” qui touche la gent féminine et souligner qu’il existe des points positifs qu’il ne faut pas oublier. Un dépôt de gerbes a également eu lieu à l’issue de la conférence de presse devant la statue d’Anjalay Coopen,“symbole de la femme ouvrière en lutte”.
“Il est malheureux de voir en 2014 un tableau très noir et sombre. Ces derniers mois ont été très lourds pour les femmes mauriciennes avec des crimes passionnels où les victimes étaient des épouses, des partenaires ou des mères de famille”, déclare Vylette Moutia, présidente de l’aile féminine du PMSD. Pour elle, ces crimes démontrent  l’intensité de la violence où les gens ne savent pas contrôler leur colère et l’exprimer verbalement, soit en s’expliquant tranquillement et trouver des compromis. “C’est une violence qui frise la bestialité.”
Faisant la liste des facteurs qui incitent à la violence, Vylette Moutia, en tant que pédagogue, évoque la violence qui se manifeste sur la toile, sur les réseaux sociaux et dans certains livres de lecture des jeunes. “Nous devons avoir une responsabilité citoyenne parce que s’il y a une détérioration dans la société, nous en paierons tous les conséquences. Il faut également un durcissement des lois. Les lois existent mais leur application est tout aussi importante. Les procédures doivent se faire plus rapidement et avec plus de sérieux. Dans d’autres pays, même une menace peut valoir un emprisonnement.”Elle a salué par là même la solidarité mauricienne qui s’est manifestée à travers les marches contre la violence à l’encontre des femmes et qui a réuni à la fois hommes et femmes.
Selon la présidente, beaucoup a par ailleurs été fait pour améliorer la condition des femmes et elle souligne qu’il ne faut pas négliger ces actions positives. Faisant mention du dernier budget, elle rappelle que Rs 100 millions ont été allouées au Back to work programme – qui donne l’opportunité aux femmes de suivre des cours dans une dizaine de domaines et facilite leur entrée sur le marché du travail. La création des crèches, le Child Support Scheme introduit en 2013 (revu à la hausse par 3,5% et couvrant 6300 enfants), la construction d’une prison ouverte pour la réhabilitation des femmes à Beau-Bassin ou encore la création de l’Equal Epportunity Commission, “qui a toujours été le cheval de bataille du PMSD de Xavier Duval”, font partie des “positivités”qui aident à l’amélioration de la condition féminine. Et d’ajouter : “Nous espérons que le ministère de l’Égalité les genres viendra bientôt de l’avant avec les assises de la famille qui sont un must. Ces assises aborderont les thèmes de la violence domestique, la prostitution infantile et la grossesse précoce.”
L’aile féminine du PMSD se dit en faveur de la prévention. “Nous devons avoir des actions soutenues.”Ainsi, après avoir fait un bilan de ce qui a été accompli en 2013 par l’aile féminine, dans son calendrier 2014, elle promet de mettre l’accent sur un atelier de formation sur la violence domestique. Les représentantes des différentes circonscriptions ayant participé à la formation seront appelées à agir comme une passerelle et disséminer ce qu’elles auront appris et acquis dans leur circonscription respective. En outre, une journée de la santé est prévue en août ainsi qu’un don de sang, et un repas sera offert aux Sans domicile fixe (SDF). Avant de mettre fin au point de presse, Vylette Moutia a souhaité une bonne fête à toutes les femmes mauriciennes, rodriguaises et agaléennes. “Nous avons une pensée spéciale pour toutes les femmes qui souffrent de la violence, qui ont peur et qui restent soumises. Nous leur demandons de ne pas rester dans ce cercle vicieux du silence. Une pensée également pour les familles, surtout les enfants qui ont perdu leur mère, et pour les femmes en prison.”