« Il ne faut pas accepter la violence ou la subir en silence ». Ce sont les propos de la vice-Première ministre, Fazila Jeewa Daureeawoo, qui commentait les agressions mortelles de femmes survenues ces derniers jours.

« C’est bouleversant et inacceptable. Dans trois des cas il n’y a pas eu de déposition pour dénoncer des violences. Depuis 2014, une des priorités du gouvernement c’est le problème de violence domestique ».

En 2016, la loi a été modifiée pour élargir la définition de la violence domestique et les lois ont été également endurcies, a expliqué la ministre. Les peines ont été augmentées de même que les amendes. De plus, deux ans de prison peuvent survenir pour une deuxième offense, et jusqu’à cinq ans de prison pour une troisième.

La ministre est aussi revenue sur le lancement de l’Integrated Support Centre. « Nous avons réalisé qu’il n’y avait pas de centre intégré pour apporter des soutiens adéquats aux victimes de violence domestique. » C’est dans cette optique que ce centre a vu le jour.  « C’est un centre d’assistance opérationnelle 24/7″.

« Le ministère est là, nous offrons tout le soutien qu’il faut. N’hésitez pas à vous tourner vers nous ».