Il ne suffit pas de faire un film quelconque pour prétendre participer à la construction de l’industrie cinématographique mauricienne. Virtual Reality de Martin Magembe part peut-être d’une bonne intention mais échoue lamentablement dans la catégorie des navets. Ce film de science-fiction local sombre dans la médiocrité à tous les niveaux. Un amateurisme déconcertant ponctue ce film joué au MCine de Trianon, vendredi dernier.
Il est difficile de trouver un point positif à Virtual Reality, tellement ce long-métrage est décevant. Alors que certains films mauriciens, à l’instar de Lonbraz Kann ou Les enfants de Troumaron, ont montré le potentiel du cinéma mauricien, Virtual Reality fait preuve d’un amateurisme déconcertant. Du début à la fin, le spectateur reste sur sa faim.
Le scénario est très naïf, le réalisateur a du mal à transmettre le message qu’il veut véhiculer, s’il en a vraiment un. La mise en scène est inexistante. Quelques scènes sont futiles, notamment celles concernant les voitures de tuning. Sans oublier la scène dont la raison d’être est essentiellement publicitaire pour une compagnie de tuning. Le script laisse sans voix, les dialogues sont sans queue ni tête et les tentatives de faire rire demeurent sans effet.