L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté mardi sur le « rapide épuisement » des stocks d’équipements de protection pour lutter contre le coronavirus, une pénurie qui met en danger la riposte mondiale à l’épidémie.

Cet avertissement intervient alors qu’en France le président Emmanuel Macron a annoncé mardi que l’Etat réquisitionnait « tous les stocks et la production de masques de protection » chez les fabricants et les distributeurs pour les fournir aux soignants et aux personnes atteintes du coronavirus.

A Genève (Suisse), le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a réclamé pour sa part une hausse de 40% de la production actuelle d’équipements personnels.

L’agence spécialisée de l’ONU estime que chaque mois 89 millions de masques médicaux seront nécessaires dans le monde, ainsi que 76 millions de gants et 1,6 million de lunettes de protection.

« L’OMS a expédié près d’un demi-million d’équipements de protection individuelle dans 27 pays, mais les stocks s’épuisent rapidement », a déclaré le patron de l’OMS, en conférence de presse.

« Nous sommes préoccupés par le fait que la capacité de réponse des pays est compromise par la désorganisation grave et croissante de l’offre mondiale en équipements de protection individuelle, causée par la hausse de la demande, l’accumulation et la mauvaise utilisation », a-t-il ajouté.

Cette « pénurie » de gants, masques médicaux, lunettes de protection et autres équipements met en danger les médecins et infirmiers qui traitent les patients de cette épidémie, apparue fin décembre dans la province chinoise de Hubei.

Depuis, on recense dans le monde plus de 92.000 cas, dont plus de 3.100 décès et 77 pays et territoires sont touchés, selon un bilan établi mardi par l’AFP à partir de sources officielles.

Au cours des dernières 24h, la Chine a enregistré 129 nouveaux cas, le chiffre le plus bas depuis le 20 janvier, selon l’OMS.

La Chine enregistre un « déclin depuis la fin janvier, un déclin régulier », a déclaré aux médias mardi Maria Van Kerkhove, une des responsables de la réponse de l’OMS au Covid-19. « Nous pensons que ce déclin est réel », a-t-elle assuré.

Alors que le virus est souvent comparé à la grippe, Tedros Adhanom Ghebreyesus a expliqué que ce n’était en fait pas le cas, soulignant que le coronavirus est beaucoup plus dangereux, avec un taux de mortalité estimé maintenant à 3,4% globalement, contre un taux bien inférieur à 1% pour la grippe.

Et si de nombreuses personnes ont développé au fil des ans une immunité contre la grippe saisonnière, « personne n’est immunisé » contre le nouveau coronavirus, a assuré le directeur général de l’OMS.

Il est par ailleurs possible d’endiguer l’épidémie de coronavirus, alors que ce n’est pas le cas avec la grippe.

Il a aussi souligné que selon les données fournies par la Chine, seulement 1% des cas signalés ne présentaient pas de symptômes. La plupart de ces cas ont développé des symptômes dans les deux premiers jours.