Ah! Rodrigues, on ne s’en lasse pas! La petite île a l’art de délasser et de détendre, tant son rythme, comparé à celui de Maurice, se vit au ralenti. C’est sûr qu’on se lève tôt à Rodrigues… et on marche, fort heureusement, encore beaucoup. Mais, à partir de 15h, la nonchalance prend le dessus sur tout le reste, comme si l’horloge du temps s’était arrêté.
Lors d’un récent séjour là-bas, je me suis amusée à faire, ici et là, des portraits de gens, après leur en avoir demandé l’autorisation, leur laissant ensuite le choix de l’unique photo que j’allais garder de chacun. Moments uniques de rencontre fugace et d’échange sympathique. Les Rodriguais sont des gens doux et simples. Et ça fait du bien à l’âme.
Puis, les noms des lieux… tout un poème! Outre les bien connus Plaine Corail, Port Mathurin, La Ferme, Saint Gabriel, Mont Lubin ou Anse aux Anglais, certaines appellations… telles que Cascade Pistache, Montagne Malgache, Sainte Famille, Champ de Goyaves, Mangue, Trois Soleils, Baladirou… vous chantent à l’oreille.
L’apothéose aura été la randonnée pédestre (6 km), en compagnie d’un guide, de Pointe Coton à Graviers, qui, via Saint François, Trou d’Argent, Anse Bouteille, Pointe Roche Noire et Anse Fémie, permet de saisir la majestueuse beauté des plages de la côte Est. Le circuit se fait sur le sable, en sous-bois et au-dessus de falaises calcaires. Et vous en sortez tout émerveillé, en état de grâce.