Le Prix Nobel de Littérature (2008) Jean-Marie Leclézio a rendu une visite aux détenus de la prison de Beau-Bassin vendredi dernier. Dans une déclaration au Mauricien, il a estimé que le programme de formations mis en place à la prison « est une ouverture sur l’avenir pour les prisonniers ». C’était hier à l’issue d’un spectacle présenté par des enfants de Bambous et de Canot qui suivent des ateliers d’art et de spectacle à Bambous trois fois par semaine. Une initiative de la Fondation pour l’interculturel et la paix.
Invité à nous faire part de sa visite de vendredi dernier en prison, Jean-Marie Leclézio a souligné qu’« elle a été éprouvante ». Cependant, les échanges avec les détenus ont été « émouvants ». « On sentait l’émotion des deux côtés. Dans le regard des détenus, il y avait une véritable demande d’échange et de sympathie. »
Pour M. Leclézio, « cette rencontre était très importante. J’espère pouvoir recommencer, pouvoir leur apporter des livres et échanger davantage avec eux ». Le Nobel de littérature a souhaité pouvoir monter des projets en commun comme des ateliers de théâtre ou d’écriture à leur intention.
Commentant le travail qui se fait à la prison après avoir visité les ateliers d’artisanat et constaté les compétences artistiques des femmes notamment à travers le spectacle de danse et de musique qu’elles ont assuré, l’écrivain avance que « c’est une école de vie pour les détenus ». « C’est une école de vie pour tous ceux qui ont raté l’occasion d’apprendre durant leur vie et qui par une erreur commise ont été momentanément exclus de la société. La prison s’ouvre sur un avenir pour eux. Il y a une ouverture, un espoir. Il y a plus de lumière aussi », a-t-il dit.
Avec la réforme en cours dans les prisons de Maurice, des formations à vocation professionnelle y ont été ajoutées. Cette réforme s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre d’un plan stratégique sur dix ans. Elle a pour but de rendre l’univers carcéral mauricien plus humain avec des programmes visant à aider à la réhabilitation des détenus à leur sortie de prison, indiquait récemment le Commissaire des prisons Jean Bruneau au Mauricien.
Jean-Marie Leclézio estime que « l’action du Commissaire des prisons est salutaire pour les prisonniers ». « J’en profite pour le féliciter et le remercier de m’avoir ouvert les portes des prisons et de reconnaître la valeur de ce qui se fait. »
L’écrivain était accompagné d’Issa Asgarally, cofondateur avec lui de la Fondation pour l’interculturel et la paix et de Sarojini Bissessur-Asgarally de la même fondation vendredi dernier. Ils ont visité la prison des femmes et celle des hommes. Ils ont été accueillis par le Commissaire des prisons.
Jean-Marie Leclézio a poursuivi sa rencontre avec des enfants mauriciens en assistant à un spectacle qu’ils ont monté et présenté au SSS de Bambous avec le soutien de leurs professeurs de théâtre Gaston Valayden et de danse Stéphane Bongarçon hier après-midi. Un véritable bonheur à la fois pour les enfants et pour M. Leclézio qui leur a dit, « merci » de leur prestation. « C’est de l’art », a-t-il déclaré au Mauricien.