« L’économie mauricienne se porte très bien, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de défis à relever », a déclaré hier Agapito Mendes Dias, directeur exécutif de la Banque mondiale et représentant d’un groupe de 23 pays, dont Maurice, au sein du conseil d’administration de l’institution financière internationale. Agapito Mendes Dias effectue une tournée d’informations à Maurice.
Pour cette première visite en tant qu’administrateur de la Banque mondiale (BM) depuis sa nomination en tant  que représentant d’un groupe de pays francophones d’Afrique, Agapito Mendes Dias compte recueillir le maximum de données sur Maurice et avoir des discussions avec les autorités locales en vue de mieux cerner les préoccupations et besoins du pays. Il s’agit, a-t-il précisé, de connaître les réalités mauriciennes et de se préparer « en vue de mieux défendre les intérêts de Maurice au sein du conseil d’administration » de la BM.
A une question concernant sa propre évaluation de la situation économique de Maurice, Agapito Mendes Dias a indiqué que les informations dont il dispose tendent à montrer que Maurice se défend bien, compte tenu de la situation internationale fragile. C’est le cas également de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, dont les performances sont « encourageantes, bien qu’on aurait souhaité qu’elles soient plus élevées ». Au sein de l’Afrique subsaharienne, a-t-il souligné, des pays font mieux que ceux d’autres régions. Dans l’ensemble, a-t-il ajouté, la région a démontré sa capacité de résistance face à une conjoncture internationale difficile.   
Agapito Mendes Dias fait ressortir que, dans le groupe de pays dont il assure la représentation au conseil d’administration de la BM, le niveau de développement « n’est pas uniforme », certains pays enregistrant des taux de croissance plus élevés que d’autres. De plus, des pays sont plus riches que d’autres en termes de disponibilité de matières premières. « Il faut voir comment améliorer la croissance dans les pays constituant mon groupe et rattraper le retard accumulé en termes de développement socio-économique », a-t-il fait comprendre.
L’administrateur de la BM a indiqué que sa visite à Maurice lui permet d’évoquer les enjeux du développement et de se pencher sur la question de coordination des points de vue au sein du groupe de pays qu’il représente. « Je souhaite en outre discuter de la coopération que Maurice peut offrir pour assurer un développement plus poussé des autres pays membres », a-t-il déclaré, ajoutant que « l’expérience mauricienne du développement peut servir ». Pour ce qui est des attentes mauriciennes en matière d’assistance de la BM, il a fait savoir qu’il appartient aux autorités mauriciennes de les préciser.
Natif de Sao Tome & Principe, Agapito Mendes Dias a occupé le poste de ministre du Plan et des Finances de son pays de 1988 à 1991 après avoir servi en tant que conseiller économique du Conseil des ministres. Il a également travaillé comme consultant de plusieurs organisations, dont Debt Relief International, à Londres, et Innova International Development, au Canada.
Le groupe qu’il représente est constitué des pays suivants : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Cap Vert, la République Centrafricaine, les Comores, la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo, Djibouti, la Guinée Équatoriale, le Gabon, la Guinée, la Guinée-Bissau, Madagascar, le Mali, Maurice, la Mauritanie, le Niger, la République du Congo, Sao Tome et Principe, le Sénégal, le Tchad et le Togo.