Mangalore Refinery and Petrochemicals Ltd (MRPL) est intéressée à faire partie prenante du projet de création d’un terminal pétrolier dans le port par la State Trading Corporation. Cet intérêt a été évoqué cette semaine par le ministre indien du Commerce et du Textile, Anand Sharma, lors des discussions qu’il a eues avec son homologue mauricien, Cader Sayed-Hossen.
La State Trading Corporation se propose d’investir quelque Rs 6 milliards dans la création d’un terminal pétrolier dans le but de créer une réserve stratégique pour le pays et pour la région. Dans un premier temps, des investissements de quelque Rs 1,3 milliard sont prévus pour initier le projet dans la région portuaire.
Le ministre indien a quitté le pays hier au terme d’une visite de deux jours. Durant son séjour, il a eu des séances de travail avec le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Cader Sayed-Hossen. Il a aussi rencontré le Premier ministre, Navin Ramgoolam, le DPM, Rashid Beebeejaun, et le VPM Xavier-Luc Duval
Le ministre indiena a par ailleurs eu l’occasion de rencontrer les représentants du secteur privé mauriciens ainsi que ceux du Board of Investment, d’Enterprise Mauritius, et de la MCCI, lors d’un dîner offert par le ministre du Commerce et de l’Industrie mercredi.
M. Sharma a, par la même occasion, annoncé l’octroi de 35 bourses pour la formation des étudiants dans le domaine de la mode et du design au National Institute of Fashion and Technology et d’une formation dans le secteur du textile à un millier d’étudiants tous les ans. De plus, cinq bourses seront offertes à Maurice dans le but de former des cadres mauriciens dans le domaine des négociations commerciales à l’Indian Institute of Foreign Trade. Il a souhaité une plus grande coopération dans plusieurs secteurs, dont le textile, la bijouterie, les TIC, les industries légères et la production pharmaceutique.
Par ailleurs, le ministre indien s’est réjoui des facilités offertes par le gouvernement mauricien dans le but d’attirer des opérateurs étrangers dans le port franc afin de toucher le marché africain. Il a aussi fait part de sa volonté d’aider à la relance de l’India Mauritius Business Council, qui est actuellement en sommeil. Il a aussi précisé que le riz basmati exporté à Maurice bénéficiera de la certification des autorités indiennes en matière de normes de standard.
Plusieurs sujets ont été évoqués par le ministre indien durant ses entretiens avec les autorités mauriciennes. Ainsi, sur le plan bilatéral, il a été convenu que les discussions sur le Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement (CECPA), incluant la signature du Preferential Trade Agreement (PTA), permettra d’envoyer un signal positif aux communautés des affaires à Maurice et en Inde. Concernant le traité de non double imposition, les parties mauricienne et indienne ont exprimé leur satisfaction sur l’avancement des discussions. Il a été convenu que le JWG Maurice-Inde se rencontre en février à Delhi.
S’agissant de la question de visa, le ministre indien a pris note de la demande mauricienne en vue d’accélérer des négociations devant déboucher sur un accord bilatéral concernant l’exemption des visas. « The Indian side is ready to consider multiple entry visa for members of the business community », a fait comprendre le ministre Indien. Un Memorandum of Understanding, à cet effet, sera soumis aux autorités indiennes.
Il a aussi été question de l’utilisation de la ligne de crédit de 250 millions de dollars mise à la disposition de Maurice lors de la visite officielle effectuée par le Premier ministre, Navin Ramgoolam en Inde en février dernier.