« Des branches pour un pape branché »; engagement du diocèse pour la gestion des déchets et mise en terre de 200 000 plants

Outre la part belle à l’interculturel dans la grande messe prévue le 9 septembre à Marie Reine de la Paix, l’écologie s’installera aux premières loges en marge de la visite du pape François. En effet, le diocèse de Port-Louis exprimera son engagement à la sauvegarde de la planète, répondant ainsi au cri de cœur du souverain pontife dans son encyclique consacrée à l’écologie et intitulée “Laudato Si”.

Dans cette encyclique, répercutée largement dans les médias à travers le monde, le pape s’élève avec force et avec une note de tristesse contre la dégradation de l’environnement et appelle chaque individu à agir devant ce constat affligeant. « Le pape nous dit que la paix est impossible sur une planète qui se meurt à cause de la catastrophe écologique dont l’humanité se rend coupable », a souligné hier le Père Jean-Maurice Labour, vicaire général, lors d’une conférence de presse visant à élaborer sur la dimension écologique de la messe du 9 septembre. « Nous ferons au pape trois cadeaux ce jour-là dans le domaine écologique », a annoncé le père Labour, qui a qualifié le chef de l’Église catholique de « pèlerin de l’écologie ».

Il y aura ainsi des gestes symboliques auxquels l’assistance sera associée. Les organisateurs inviteront la foule à agiter des branches de palmiers-multipliant à l’arrivée du pape et à d’autres moments de la célébration. « En agitant ces branches, nous voulons dire au pape que nous voulons, dans la joie, engager Maurice et chaque citoyen de ce pays à mettre en pratique certaines décisions pour répondre aux grands soucis de l’écologie que tout le monde partage », a expliqué le Père Labour, qui ajoute comme slogan : « Des branches pour un pape branché ! »

Toujours par rapport à cette thématique de l’environnement, le vicaire général a annoncé hier deux engagements de l’Église, notamment la gestion des déchets en partenariat avec l’agence Blast Communication et la participation à la mise en terre de 200 000 plants à travers le pays en s’associant à l’Ong Projet de Société. Lors de sa visite à la State House le 9 septembre, le pape bénira un certain nombre de ces plantes. « Ne restons pas les bras croisés et, ensemble, faisons un choix significatif pour sauver la planète pour l’avenir des générations futures », a lancé le Père Labour aux Mauriciens. Il présente ces deux engagements ainsi que la célébration du 9 septembre comme « trois cadeaux au pape François ».

Les représentants de Blast Communication et de Projet de Société, qui étaient présents, disent apprécier la démarche du diocèse de Port-Louis de s’associer à la mise en œuvre de leur projet respectif dans l’intérêt, ont-ils souligné, du pays et de celui des générations futures. L’Ong Projet de Société, qui ambitionne de mettre en terre un total de 200 000 arbres, en a déjà mis en terre 75 000 plantes durant ces sept derniers mois. « Les arbres sont les armes les plus puissantes contre le réchauffement climatique. Nous comptons aussi sur le soutien des entreprises et, d’après le calendrier que nous avons fixé, et si tout le monde joue le jeu, nous réussirons à planter 200 000 arbres dans les mois à venir », croit Malenn Oodiah.

Par ailleurs, les organisateurs de la messe du 9 septembre prennent aussi le pari de livrer un site propre après le départ de la foule. « Nous nous engageons à quitter le site de Marie Reine de la Paix propre et nickel après la messe, avec le concours de 250 scouts et l’aide de la municipalité », a indiqué le père Labour. Tout en reconnaissant que l’usage de bouteilles en plastique est une pratique bien ancrée dans les habitudes quotidiennes, le père Labour encourage néanmoins les Mauriciens qui seront présents ce jour-là à plutôt opter pour des gourdes, qu’ils ramèneront ensuite chez eux.