L’ambassadeur Linda Thomas-Greenfield, assistant secrétaire au bureau du département d’État des États-Unis pour les affaires africaines, a quitté le pays à la mi-journée après une visite de trois jours.
Haut officiel du département d’État américain, elle était accompagnée de l’ambassadeur des États-Unis, Shari Villarosa, et s’est entretenue hier avec la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, et le Premier ministre Sir Anerood Jugnauth.
L’objectif principal de sa visite est de consolider les liens existants entre nos deux pays et de discuter des questions d’intérêt commun. Il a été entre autres question du Trade and Investment Framework Agreement (TIFA).
L’ambassadeur Linda Thomas-Greenfield, qui a une longue expérience en matière diplomatique, a aussi réaffirmé le leadership des États-Unis en matière technologique. La possibilité pour Maurice de bénéficier des expertises américaines a aussi été évoquée.
Ce matin, l’ambassadeur Thomas-Greenfield a visité l’atelier ainsi que le showroom de Zinaida Ameerally Ramjan, fondatrice et CEO de Sublime Seduction, qui avait participé l’année dernière à l’African Women’s Entrepreneurship Program (AWEP) organisé par le gouvernement américain. Ce programme d’une durée de trois semaines est adressé essentiellement aux femmes africaines.
La visite de l’ambassadeur de Thomas-Greenfield dans l’atelier de Zinaida Ameerally Ramjan avait pour principal objectif de démontrer que la prospérité de Maurice dépend de ses ressources humaines.
Un communiqué de l’ambassade des États-Unis souligne que « The US government actively supports the Mauritian government’s aim at transforming Mauritius into a high-income society with inclusive, sustainable growth, led by the small and medium enterprise sector ». Maurice bénéficie pleinement de l’AGOA et les exportations mauriciennes aux États-Unis ont augmenté de 420 % entre 2001 et aujourd’hui. Parmi les produits exportés figurent le textile, le prêt à porter, la bijouterie et les produits de la mer, en particulier le thon en boîte.