D’ici quelques mois, les habitants de Quatre-Bornes et de Vacoas, toutes appartenances religieuses confondues, auront à leur disposition un nouveau cimetière qui est en aménagement actuellement à Trois-Mamelles sur un terrain de 20 arpents. Les travaux avancent à grands pas, comme l’a constaté jeudi le ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, accompagné du PPS Patrick Assirvaden et du député, Rihun Hawoldar.
Le ministre Anil Bachoo a déclaré que le cimetière de Phoenix étant rempli, les habitants éprouvent d’énormes difficultés à enterrer leurs proches qui sont décédés. D’où la décision du gouvernement de faire l’acquisition de ce terrain de l’établissement sucrier de Médine et d’y investir pour y aménager un cimetière. « Il y a des espaces pour la communauté musulmane et aussi un lieu de crémation avec incinérateur pour les Hindous. Les travaux seront complétés d’ici à trois mois », a-t-il dit.
Anil Bachoo et les députés ont aussi été voir la link road qui relie Hollyrood à Pierrefonds, autrefois un chemin privé, selon les dires du ministre. « Les gens y payaient une certaine somme d’argent pour pouvoir emprunter cette route. Nous avons entrepris diverses démarches qui ont abouti. Aujourd’hui, cette route est devenue publique. Le gouvernement a dépensé Rs 27 millions pour des travaux d’aménagement sur cette route au bénéfice de toute la population, particulièrement ceux des Plaines-Wilhems qui auront ainsi un accès facile vers Flic-en-Flac », a-t-il fait ressortir. Ce qui aidera à décongestionner la route de Bonne-Terre à La Louise. L’étroit pont de Hollyrood sera entièrement refait et agrandi au coût de Rs 24 millions, a indiqué Anil Bachoo.
À une question du Mauricien sur l’arrêt des travaux d’aménagement du Canal Dayot, le ministre a rappelé qu’après les inondations du 30 mars dernier qui ont fait onze morts, il y avait urgence pour des travaux d’aménagement de ce canal où une personne avait été tuée. « Nous avons commencé les travaux d’agrandissement de la berge de cette rivière immédiatement avec l’accord des habitants. Ceux-ci n’auraient pas encore débuté si nous avions eu à attendre l’acquisition des terres en cet endroit. Cela aurait pris trop de temps et enn lot inondasion ti kapav fini arive. D’où la raison pour laquelle le gouvernement est allé très vite sur ce dossier », a-t-il déclaré. Il a ajouté que le plus important pour le gouvernement est de sauver la vie des gens et que les calamités du passé ne se répètent pas. « Nous avons assumé nos responsabilités et avons démarré les travaux immédiatement », a soutenu le ministre.
Aux habitants qui sont inquiets que les travaux ne vont pas se terminer avant les prochaines grosses pluies, Anil Bachoo leur a déclaré que le gouvernement ne les laissera pas tomber. « Il trouvera une solution afin de les protéger des calamités », a-t-il laissé entendre, avant d’ajouter : « Tou travay ki nou finn pran langazman pou fer, nou pou fer. »