L’une des principales retombées de la visite officielle effectuée actuellement en Inde par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et son épouse, Kobita Jugnauth, est économique. L’Inde a consenti d’accorder à Maurice une ligne de crédits d’un montant de Rs 18 milliards (500 millions de dollars américains) pour le financement de projets à être annoncés dans le Budget 2017/18. Les modalités des projets et du décaissement de ces fonds ont déjà fait l’objet de discussions au niveau des deux délégations. La décision de New Delhi a été annoncée par le Premier ministre indien Narendra Modi lors d’une séance de travail entre les deux chefs de gouvernement à Hyderabad House, New Delhi. D’autre part, quatre accords bilatéraux, dont un Maritime Security Agreement, ont été signés avec l’Inde. La partie mauricienne fonde de gros espoirs sur la conclusion vers la fin de cette année d’un Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement (CEPCA) en vue de relancer la dynamique économique entre les deux pays. La délégation mauricienne, qui comprend également le Deputy Prime Minister et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo, ont également eu des discussions avec d’autres membres du gouvernement Modi, dont les ministres Arun Jaitley et Sushla Swaraj, avant de rendre une visite de courtoisie, hier après-midi, au président indien, Pranab Mukherjee.
Les indications en provenance de la délégation mauricienne à New Delhi sont que la satisfaction est de mise devant cette assistance financière indienne de Rs 18 milliards, s’ajoutant à la précédente enveloppe de Rs 12 milliards de l’année dernière. Annonçant cette décision, Narendra Modi souligne que « the agreement today on a 500 million US dollars Line of Credit from India to Mauritius is a good example of our strong and continuing commitment towards the development of Mauritius. It will also help in the implementation of priority projects ».
Le Premier ministre indien a ajouté que l’Inde soutiendra les efforts de Maurice pour une exécution dans les délais des projets identifiés à cet effet par les deux pays, soit « projects that will vitalize the economy of Mauritius and mark a qualitative transformation in our relations ». Il n’a pas manqué de faire ressortir que « a strong developmental partnership with Mauritius is a hallmark of our engagement. India is proud to participate actively in the ongoing development activities in Mauritius ».
Remboursement
De son côté, intervenant sur sa page Facebook, Pravind Jugnauth a déclaré que « j’ai confié au Premier ministre indien que ces projets sont en ligne avec la vision de mon gouvernement, qui est de faire de Maurice un pays véritablement intégré dans l’économie mondiale, prêt à relever les défis et à saisir les opportunités qui se présentent, et capable de répondre aux besoins et aspirations de son peuple. » Les deux chefs de gouvernement ont eu également l’occasion de passer en revue les différents projets en cours d’exécution avec l’aide financière indienne de même que des projets d’intérêt commun. Le dossier de la mise à exécution du projet de Métro Express a été abordé lors de ces échanges.
Les projets, susceptibles de bénéficier du financement sous cette nouvelle ligne de crédits, devront être annoncés dans le prochain budget, qui sera rendu public le 8 juin prochain. A ce stade, aucune indication n’est disponible quant à la part de cette assistance financière indienne, qui sera utilisée pour régler le remboursement des Policy Holders du Super Cash Back Gold du défunt groupe BAI. « Cette question relève du Premier ministre, qui fera les annonces nécessaires au moment approprié », font comprendre des sources mauriciennes autorisées à New Delhi.
Cette ligne de crédits indienne sera déboursée à travers un Special Purpose Vehicle (SPV) à la State Bank of Mauritius avec des Redeemable Shares émis aux organismes, dont les projets sont financés sous cette assistance de l’Inde. D’ailleurs, un accord a été signé entre la SBM Mauritius Infrastructure Development Company et l’Export-Import Bank of India. Les conditions attachées à la ligne de crédits sont que les Rs 18 milliards sont remboursables sur une période de 13 ans après une période moratoire de quatre ans pour le remboursement des intérêts, dont le taux n’a pas été révélé officiellement et de sept ans pour celui du capital.
Réduire la dépendance sur des combustibles fossiles
Un autre volet majeur de la visite du Premier ministre en Inde porte sur la sécurité maritime. Narendra Modi n’est pas passé par quatre chemins à ce sujet. « As frontline states of the Indian Ocean, Prime Minister Jugnauth and I agree that it is our responsibility to ensure collective maritime security around our coasts and in our EEZs. We agree that effective management of conventional and non-conventional threats in the Indian Ocean is essential to pursue economic opportunities; protect the livelihood of our communities, and provide security to our people », a-t-il dit dans son intervention officielle.
Situant l’importance de la coopération indo-mauricienne dans le domaine maritime, le Premier ministre indien a balisé les champs d’intervention, à savoir que « we have to keep up our vigil against : piracy that impacts trade and tourism; trafficking of drugs and humans; illegal fishing, and other forms of illegal exploitation of marine resources ». L’accord bilatéral signé, hier, a pour objectif de renforcer la coopération et les capacités mutuelles sans oublier la collaboration en matière d’hydrographie et d’assistance à la National Coast Guard.
La conclusion des négociations avec l’Inde du Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Ageement (CEPCA) représente une des priorités abordées par Pravind Jugnauth lors de ses entretiens avec Narendra Modi. «The CEPCA will play a major role in the economic dynamics between our two countries, by enhancing trade and enabling collaboration with Indian entities », affirme-t-il en exprimant le souhait que cet accord soit réglé d’ici la fin de cette année.
Les autres accords signés entre les deux pays concernent la mise sur pied d’un Civil Service College, l’International Solar Alliance Agreement, en conformité avec l’initiative personnelle de Narendra Modin et de l’ex-président français, François Hollande, en vue de réduire la dépendance sur des combustibles fossiles et la construction d’une nouvelle piste d’atterrissage et d’une nouvelle jetée à Agaléga.
Au chapitre diplomatique, Pravind Jugnuath se félicite du « soutien continu de l’Inde dans notre quête légitime d’exercer nos droits souverains sur l’archipel des Chagos » et a réitéré à Narendra Modi que « l’Inde, qui aspire légitimement à devenir un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, peut compter sur le soutien indéfectible de Maurice ».