La délégation dirigée par le ministre des Finances, qui est actuellement en tournée à Rodrigues, a visité hier la zone portuaire de Port-Mathurin, où des grands chantiers d’agrandissement sont prévus. La nouvelle configuration du port comprendra un port de pêche entièrement équipé. « Rodrigues doit se doter de facilités portuaires performantes, car elle a une grande vocation océanique. L’activité de la pêche sera redynamisée à une échelle industrielle avec ces nouvelles installations et deviendra un des principaux moteurs de croissance à Rodrigues », a affirmé Vishnu Lutchmeenaraidoo.
Le nouveau port de pêche sera construit à Pointe-l’Herbe, soit dans le périmètre de Port-Mathurin. Il pourra accueillir près d’une quinzaine de bateaux de pêche semi-industriels. L’infrastructure comprendra des facilités de transformation de produits de mer, des entrepôts et des chambres froides, un marché de poissons et de fruits de mer et des aires de stationnement pour camions et voitures. Le nouveau port sera prêt dans trois à quatre ans. Toutefois, un autre port de pêche de taille inférieure sera construit en parallèle à Pointe-Monier, à Port-Mathurin. Ce port pourra accueillir cinq bateaux de pêche, et sera prêt dans un an environ. Il sera doté des équipements nécessaires en vue de donner une nouvelle impulsion à la pêche industrielle et semi-industrielle dans l’île. Les autorités rodriguaises s’attendent à des retombées positives à brève échéance avec le port de Pointe-Monier en attendant l’entrée en opération de la nouvelle facilité à Pointe-l’Herbe.
Le port principal de Port-Mathurin connaîtra lui aussi une transformation majeure dans les prochaines années. Des travaux pour sécuriser la zone portuaire démarrent le mois prochain. La Mauritius Port Authority prévoit des travaux de dragage pour approfondir et agrandir le passage des navires en vue de permettre la venue de plus gros bateaux dont des navires de croisières, filière sur laquelle Rodrigues mise beaucoup dans le cadre du développement de son industrie touristique. Un îlot artificiel sera également construit pour abriter les facilités de stockage de carburant.
La délégation dirigée par le ministre des Finances a eu hier une session de travail avec le Chef Commissaire de Rodrigues, Serge Clair, et les commissaires à La Résidence, à Port-Mathurin. Les discussions étaient axées sur le rehaussement de l’infrastructure à Rodrigues, dont les divers chantiers de développement concernant le port, l’installation d’un câble optique entre Maurice et Rodrigues, l’extension du réseau routier et l’agrandissement de la piste d’atterrissage de l’aéroport Sir Gaëtan Duval à Plaine-Corail.
Le ministre avait effectué une visite à Rodrigues au mois de février de cette année dans le cadre des consultations prébudgétaires. Plusieurs décisions majeures ont été prises pour créer les conditions nécessaires au décollage économique de l’île. Des mesures phares sont déjà mises en oeuvre, avec la baisse du prix du billet d’avion pour les Rodriguais qui se rendent à Maurice et la desserte directe Rodrigues/Réunion assurée par Air Austral. Les agriculteurs de Rodrigues ont, d’autre part, obtenu des marchés garantis par l’Agricultural Marketing Board pour écouler leurs produits à Maurice.
Plusieurs initiatives pour développer l’agriculture, l’élevage, la transformation des produits de ferme et des filières telles les TIC sont en cours d’exécution. Il y a aussi une nouvelle impulsion à l’entrepreneuriat avec les mesures d’encouragement aux PME annoncées dans le Budget 2015-2016. De nouvelles installations pour les PME et techno-entrepreneurs et start-ups sont prévues.
Le ministre des Finances profitera de son séjour dans l’île pour visiter des poches de pauvreté. « Les gens ont tendance à ne pas réaliser qu’il existe des poches de grande pauvreté à Maurice et à Rodrigues. Nous allons prendre les actions nécessaires pour faire reculer la pauvreté. Nous avons introduit, notamment, le concept de Parrainage qui permet au secteur privé de prendre en main une zone de pauvreté dans la durée », explique le ministre.
Des mesures en vue de promouvoir l’inclusion sociale des familles en situation de précarité économique sont également à l’agenda.