L’établissement d’une ligne aérienne directe entre Rodrigues et St-Pierre de La Réunion par Air Austral fait partie d’une série de mesures annoncées par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, hier, entouré de Chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, et du Secrétaire financier, Dev Manraj. Une première séance de travail entre d’une part le ministre des Finances et le Chef commissaire de Rodrigues et d’autre part les représentants d’Air Austral a eu lieu hier matin, où il a été question de deux dessertes hebdomadaires entre Rodrigues et La Réunion à partir du mois de mai. « Cette liaison permettra à l’industrie touristique de Rodrigues de prendre un nouvel élan », a déclaré Vishnu Lutchmeenaraidoo, alors que pour Serge Clair, ce projet de desserte constitue « une ouverture extraordinaire qui fait que l’île ne sera pas isolée ».
Ce matin, des discussions sont prévues avec Air Mauritius, portant notamment sur la nécessité d’accroître la capacité aérienne pour le transport des produits rodriguais. Toujours dans le domaine aérien, le ministre des Finances a annoncé l’uniformisation des tarifs aériens entre Maurice et Rodrigues à Rs 5 430, mettant ainsi les Rodriguais sur un pied d’égalité avec les Mauriciens. Au niveau des infrastructures aéroportuaires, une extension de la piste d’atterrissage de Plaine-Corail avec des investissements de l’ordre de Rs 2 milliards est envisagée. L’aéroport de Rodrigues devrait ainsi pouvoir accueillir des avions de la capacité d’un A319. Au niveau maritime, le ministre des Finances a fait ressortir que le « masterplan » sur le développement portuaire qui sera préparé bientôt intégrera le port de Rodrigues. Vishnu Lutchmeenaraidoo a également avancé que le Premier ministre, Sir Anerood Jugnauth, effectuera une visite dans l’île après la présentation du Budget 2015. Passant en revue sa visite durant le week-end dernier, le ministre des Finances a expliqué que le principal défi de Rodrigues était sa transformation en une économie de marché moderne avec un secteur privé et public ainsi qu’une diversification économique. Des mesures d’accompagnement en vue de doter Rodrigues des mêmes droits et facilités tout en respectant ses spécificités propres seront prises. « D’où l’importance de faire des propositions adaptées à ses besoins ».
Insistant sur une stratégie économique fondée sur les petites et moyennes entreprises, le ministre des Finances a fait part de la décision du gouvernement de créer une branche de la SME Bank à Port-Mathurin, qui permettrait aux jeunes entrepreneurs rodriguais de bénéficier des Rs 10 milliards mis à la disposition de la banque sur cinq ans pour le développement des petites entreprises. « La branche de la banque aura pour mission d’investir dans l’ambition des jeunes. Les emprunts seront sans garanties ni hypothèques. De plus, l’entreprise lancée par un jeune entrepreneur rodriguais bénéficiera d’une exemption fiscale pendant huit ans », a annoncé le ministre. Une discrimination positive sera appliquée envers les entrepreneurs rodriguais, qui seront en mesure de se qualifier pour des appels d’offres gouvernementaux même si leurs produits sont 15 % trop chers. D’autre part, les jeunes seront encouragés à se lancer dans la production agricole haut de gamme et se concentrer sur la production bio, avec notamment des facilités accordées en vue de l’introduction du système goutte à goutte.
Cinq produits — oignons, ail, gingembre, safran et haricots — bénéficieront de prix d’achat garantis. À cet effet, des rencontres sont prévues avec les responsables du Marketing Board. Au niveau de la pêche, suite à une initiative de Dev Manraj, Rs 2 millions ont été investies dans la création d’une chambre froide. Ce qui a motivé les pêcheurs à augmenter leurs produits de pêche. « Six bateaux de pêche sur les bancs ont débarqué 3, 5 tonnes de poissons durant notre séjour dans l’île », a soutenu le ministre des Finances. Il a dans le même souffle annoncé la création d’une école de pêche.
Au chapitre de la formation, quelque 150 Rodriguais seront financées à 100 % par l’État pour être formés en entreprises à Maurice ou à Rodrigues. Les jeunes issus de l’Université de Maurice pourront également bénéficier de stages en vue de s’engager dans l’entreprenariat à Rodrigues. Des discussions sont aussi prévues avec le président du Board of Investment, Gérard Sanspeur, en vue de la création d’une antenne à Rodrigues pour attirer des investissements.
S’agissant de la connectivité internet, un câble optique sera installé entre Maurice et Rodrigues d’ici deux ans. En attendant, des facilités satellitaires permettant de passer de 155 Mbs à 200 Mbs par seconde, avec possibilité de l’augmenter à 300 Mbs, seront offertes. Le Secrétaire financier, Dev Manraj, s’est longuement appesanti sur la création d’une mini-cybercité à Rodrigues avec une éventuelle implantation de centre d’appels. « Avec l’introduction de ces mesures, il ne sera plus nécessaire pour bon nombre de Rodriguais de venir chercher l’eldorado à Maurice », a souligné Vishnu Lutchmeenaraidoo. Le Chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, s’est réjoui des facilités offertes par le gouvernement mauricien et a préconisé « une politique des îles » qui permettrait à chaque île de faire partie intégrante de la République de Maurice.