Mohammad Dookune s’est offert une promenade de santé sur 10 km samedi dans la manche d’ouverture de la ligue de cross disputée à la Northfield School à Labourdonnais (Mapou). Il a mis l’opposition dans le vent en s’imposant aisément loin devant Christophe Mootoosamy et Kevin Narain, ses plus proches poursuivants, a contrario de l’arrivée de la course féminine qui vit Aurélie Agathin arracher la victoire sur le fil à Emilie Ng Foong Po au terme d’un sprint lancé dans l’ultime partie des 6 km.
Ce coup d’envoi aura conservé jusqu’au bout tout son suspense dans la course féminine plutôt que dans celle des hommes, contrairement à ce qu’on pouvait espérer. Elle fut dominée par Aurélie Agathin et Emilie Ng Foong Po, néopromues dans la catégorie, mais qui ont fait preuve d’audace en dominant la tenante du titre, Prisca Manikion. Pourtant, cette dernière leur tiendra tête en compagnie de Sabrina Rabot sur les premières kilomètres. Mais elles finirent l’une après l’autre par céder sur les coups d’accélération que portèrent leurs deux principales adversaires sur la majeure partie de la course.
Lâchée sur la 3e boucle de ce circuit sur gazon qui en comportait quatre, Manikion les verra s’éloigner seules vers le but. Il restait alors encore plus d’une boucle à parcourir. Agathin et Ng Foong Po se donneront alors la réplique en haussant à tour de rôle la cadence, sans que l’une ne parvienne toutefois à semer l’autre. Et c’est ainsi qu’elles s’élancèrent dans un sprint échevelé à une centaine de mètres de l’arrivée. Légèrement débordée à encore quelques mètres de l’arrivée, Agathin s’avéra finalement la plus rapide… in extremis, alors que son adversaire se jeta sur la ligne et s’effondra sur l’herbe.
Aurélie Agathin semble bien décidée à conserver sa domination naissante chez l’élite. Deuxième chez les juniors et 3e chez les seniors l’an dernier, elle avoue qu’ « aujourd’hui (samedi dernier), c’était très difficile, d’autant plus sur 6 km. C’est plus long. Mais mon but était de gagner et surtout de prendre ma revanche contre Manikion, qui m’avait battue l’an dernier, et Ng Foong Po ».
Désormais, elle compte « tout donner dans les prochaines manches, mêmes si elles seront plus difficile et plus longues. Mais je vais me surpasser. Mon but reste les Jeux des îles, soit les 1 500 et 5 000 m. Je remercie mon coach Frankie Lebon, ma mère, mes deux oncles et mes amis. Continuez surtout à me soutenir ».    
« L’effort a payé. Je ne me suis pas vraiment entraînée, n’ayant pas d’entraîneur. Ce n’est pas évident. Dès le départ, j’ai géré », déclara pour sa part Ng Foong Po, le souffle encore haletant. « Sans le soutien de mes parents et de mes amis, je n’y serai pas arrivée. J’espère malgré tout pouvoir atteindre ultérieurement mon but qui est de me qualifier en demi-fond, soit aux 3 000 et 10 000 m, pour les prochains Jeux des îles ». Reste qu’elle ne sait encore si elle sera au départ de toutes les manches étant en projet d’études en Australie probablement vers fin février.
Quant à la course des as, elle a été assez tôt démantelée par un Mohammad Dookun très en jambes et surtout irrésistible à ce stade. Le trou était fait dès le premier tour du circuit en compagnie de trois autres coureurs, dont Kevin Narain, Christophe Mootoosamy et Dimitri Seechurn. Deux tours plus loin, Dookun, 22 ans, s’était déjà détaché du trio pour s’envoler seul vers la victoire, creusant de plus en plus son avance.
« C’était quand même difficile sur 10 km. J’ai imposé mon rythme et voyant que les autres ne répondaient pas, j’ai foncé jusqu’à l’arrivée. Cette victoire me met sans doute en confiance pour la suite. Mais je resterai quand même sur mes gardes dans les autres manches ». En effet, on peut attendre la rentrée de Nicolas Boissèque et peut-être celle de Paramasiven Sammynaden, tenant du titre, pour en savoir plus samedi lors de la deuxième manche au Racing Club à Trianon.
Dans les autres catégories, on note que quelques nouveaux noms ont émergé : Praveshing Chitasingh, vainqueur de la course des juniors hommes (6 km), Nathalia Saminadou (cadettes), Ismaël René (benjamins), Anaïs Adèle (benjamines), ainsi qu’Axelle Jean (poussines) et Maxime Lousteau (poussins). D’autres jeunes tels Divesh Dyal (minimes), Angelica Natchoo (minimes filles), Bradley Collet (cadets) ont confirmé leur domination dans leur nouvelle catégorie.