L’heure du sacre a bien sonné, samedi à Candos, pour Mohammad Dookun, grand vainqueur de l’édition 2015 de la ligue et des championnats nationaux de cross-country Vital. Le coureur de La Brasserie a parachevé sa suprématie incontestée dans cette ultime étape longue de 12 km en s’imposant détaché devant Chistophe Mootoosamy et le Réunionnais Rudy Baret. En féminin, la Réunionnaise Anne-Cécile Delchini a écrasé la course de 8 km de tout son poids, alors que la Mauricienne Prisca Manikion, 3e à l’arrivée, enlève néanmoins la palme.
La quatrième étape a mis un point final à la ligue de cross. Et le nom à retenir est bien celui de Mohammad Dookun, qui a terminé la compétition comme il l’avait entamée le 31 janvier à Mapou. Il a mené la course de bout en bout en profitant de chaque montée menant à la colline pour distancer un peu plus ses plus proches adversaires. En fait, il ne s’est jamais senti en danger tout au long de ce qui semblait de loin être une promenade de santé
« Je me suis senti assez à l’aise, mais il fallait garder le rythme et réussir ce qui j’avais prévu de faire. J’ai imposé le rythme et je savais qu’à partir de là personne ne pourrait m’attaquer. Mais je n’ai sous-estimé personne. J’ai terminé la ligue de cross comme je l’avais débutée », se réjoui le vainqueur.
On pouvait encore espérer voir se manifester, ne serait-ce que dans cette ultime course, le champion en titre, Paramasiven Sammynaden, auteur d’un doublé l’an dernier, et Nicolas Boissèque, qui avait signé lui aussi le doublé ligue-championnats en 2012. Mais il n’en fut rien. Dookun était peut-être bien trop fort samedi pour que l’on vienne le défier surtout directement sur 12 km.
Le nouveau champion, 21 ans, n’avait de mots que pour sa famille, notamment sa mère Afeze et sa grand-mère qui se sont fait un point d’honneur d’être présentes sur la ligne d’arrivée samedi pour le féliciter et l’acclamer avec des amis de La Brasserie.
« Je suis vraiment heureux de les voir. Cela fait quatre ans que je cours et voir ma mère me remettre ma médaille à l’arrivée est la chose qui me procure vraiment le plus grand plaisir. Je remercie également mon coach Frankie Lebon, les masseurs Ranjiv Koomar et Danz, un ami malgache. Cette victoire est pour eux. C’est un travail de longue haleine, ils m’ont toujours soutenu. Maintenant, place aux Jeux de îles. Si je continue sur cette lancée, je crois que je pourrai relever le défi », a déclaré Dookun.
On s’attendait dans la course féminine à une lutte à trois entre la Réunionnaise Anne-Cécile Delchini, la Rodriguaise Antoinette Milazar et la Mauricienne Prisca Manikion. Mais Milazar ayant fait faux bon, c’est la Réunionnaise et sa coéquipière Anna Atia qui ont démantelé la course dans la chaleur en se mettant hors de portée dès la deuxième boucle du circuit. Manikion, qui s’était portée en tête dès la course lancée, fut par la suite rattrapée et resta dans leur sillage jusqu’à l’arrivée.
Pour Delchini, 27 ans, championne de son île il y a quelques semaines, mais sur 5,5km, « cette course compte surtout en vue des Jeux des îles » puisqu’elle se prépare aux 5 000 m et 10 000 m. « Comme c’est mon premier 8 km, il ne fallait pas partir comme une fusée. Mais même si les montées cassent un peu les jambes, la course est devenue plus rapide à partir du 2e tour. Je suis partie sans trop regarder derrière. Il faisait vraiment chaud et il fallait souvent relancer. Vu que je n’avais pas connaissance du niveau, le chrono passait après », savourait la coureuse de la Dominicaine de L’Étang Salé, habituée surtout de courses en montagne. « Je suis très satisfaite car c’était une belle course », dira Anne-Cécile Delchini.
Quant à Prisca Manikion, 29 ans, elle avoue que « l’objectif était d’être dans les cinq premières. » « La course a été plus rapide que prévu. Je termine 3e derrière les Réunionnaises et suis satisfaite. Le 5 km marche sera probablement la prochaine étape pour les Jeux des îles ».
Nous reviendrons dans une prochaine édition sur les autres athlètes qui ont marqué cette étape de la ligue nationale de cross.