Après les deux journées du Meeting international d’athlétisme de Maurice au stade de Réduit, le président de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA), Vivian Gungaram, s’est exprimé sur l’organisation de l’événement ainsi que les résultats obtenus. Il soutient également que cette compétition a été un test avant d’accueillir les championnats d’Afrique de manière adéquate et souligne de l’AMA a pu se faire une idée concernant les performances des locaux en vue des Jeux des îles 2015 qui auront lieu à l’île soeur du 1er au 9 août prochain.
Les performances réalisées par les Mauriciens ont-elles été à la hauteur des attentes ?
Oui, nous avons obtenu de très bons résultats. Les meilleurs d’entres eux ont réussi les minima en vue des prochains Jeux des îles et c’est très encourageant. Au 100m Jonathan Permal a été crédité de 10″37, au lancer du poids Bernard Baptiste a lancé à plus de 16m. Le Lesothan Mosito Lehata a réalisé 10″11 au 100m. Au décathlon, malgré les essais ratés au saut en longueur, Guillaume Thierry s’est classé en 4e position, alors que Fabrice Rajah a  surpris en terminant à la 2e place du classement final après les 1500 m. Il faut dire que nous avons eu pas mal de bonnes surprises lors de ce meeting et c’est de bon augure en vue des JIOI 2015. Nous pouvons nous attendre à remporter les deux premières places dans les épreuves combinées.
Que faudrait-il améliorer du côté de la participation étrangère et sur le plan organisationnel dans l’ensemble ?
En ce qui concerne l’organisation, nous avons mis en place de nouveaux équipements et une nouvelle façon de travailler ensemble, ce qui a servi d’essai pour les prochains championnats d’Afrique cadets. Toute l’équipe a fait du bon travail. Je n’oublierai surtout pas les bénévoles sans lesquels tout cela ne serait pas possible. Je tiens à les remercier de s’être tant dévoués à la tâche. Quant aux étrangers, nous aurions bien voulu que les grosses pointures internationales soient en action chez nous, mais il nous faudrait un budget très important pour les payer. Je préfère donc investir ici car de toute façon nous n’avons pas de fond pour cela. Des athlètes étrangers qui ont participé, certains l’ont fait dans le cadre d’une préparation en vue d’autres compétitions et d’autres reviennent pour chaque meeting, et c’est intéressant.
En quoi ce type de compétition est-il bénéfique à Maurice ?
Déjà, pour ce meeting, les étrangers ont agi comme sparring-partners des Mauriciens en vue des JIOI 2015. Puis, nous avons eu deux entraîneurs de France qui ont bien voulu conduire un stage auprès des locaux. C’est toujours une expérience de plus pour les athlètes car cela leur permet de situer leur niveau, d’apprendre de nouvelles techniques et prendre conscience de leurs faiblesses par rapport à la concurrence. Je tiens à ajouter que j’ai été très satisfait des performances de ceux qui ont fait le déplacement lors du meeting de La Réunion  le week-end dernier. Tout ce que nous faisons en termes de compétition en ce moment a pour priorité la préparation en vue des Jeux des îles 2015.