On ne sait pas ce que nous réserve le prochain rapport du directeur de l’audit, mais, comme dans le passé, les activités de la Tourism Authority devraient toujours l’intéresser au plus haut point. D’autant qu’elles ne semblent pas avoir beaucoup évolué depuis ses rapports critiques qui avaient mis en exergue les abus dont le ministère du Tourisme est capable. Voilà un cas qui devrait l’interpeller.
Il y a eu une grande mobilisation jeudi eu centre de Curepipe. Des employés de la Tourism Authority étaient à pied d’oeuvre toute la journée pour un travail urgent: remettre en état les mains courantes du centre de la ville qui étaient d’ailleurs plutôt en bon état depuis l’enlèvement d’une banderole du PMSD sur la collecte de déchets en plastique.
Arrivés dans le véhicule de la TA immatriculée 2311 AP 08 comme si c’était un car de pique-nique, ils se sont mis sur des tabourets, avec chacun, son pot de peinture de couleur différente, du bleu, du blanc et de l’orange, les couleurs de Lalians Lepep pour un lifting des mains courantes se situant au carrefour du centre de Curepipe entre le collège Royal et la Barclays Bank et, entre les arcades Currimjee et la Mauritius Commercial Bank qui n’avait, en fait, besoin que d’un petit nettoyage. Or, ce bricolage fait avec des fonds publics était non seulement déplacé, mais il relevait plus de la politique politicienne digne d’une campagne électorale et d’une démarche purement partisane.
Beaucoup de questions après cet exercice. Que faisait la Tourism Authority à Cutrepipe? N’y avait-il pas des travaux plus urgents ailleurs? Est-ce à la demande de la mairesse du PMSD que ces travaux ont été exécutés? Est-ce que cet organisme public censé s’occuper d’activités touristiques et d’embellissement des lieux à forte fréquentation de touristes peut se permettre des travaux à gauche et à droite? Est-ce que les recrutements d’agents politiques qui échappent aux procédures de sélection publique peuvent continuer? Est-ce que l’utilisation de l’argent des contribuables peut perdurer sans qu’il y ait le moindre compte à rendre à qui que ce soit.
Quant aux Curepipiens choqués par cette action partisane venant d’un organisme public, ils se demandent s’ils doivent continuer à s’acquitter du paiement de la taxe immobilière et si ce n’est pas aux seuls partisans de Lalians Lepep de le faire. Bonne question en effet?! Et, en terme de question, c’est à demander si ce n’est pas Shawkatally Soodhun qu’il faut interroger sur cette nouvelle dérive du ministère de Xavier Duval ou s’il ne faut pas laisser cette tâche à Joe Lesjongard qui a prévu un véritable barrage  de questions à la rentrée parlementaire sur les notes de restaurant du ministre payées par la MTPA.