La sélection mauricienne de voile se lance à la reconquête de la Coupe de l’océan Indien, qui débute demain dans le lagon d’Anse La Raie. Les barreurs mauriciens sont actuellement en quête de sensations à deux ans des prochains JIOI.
Si les choses semblent aller pour le mieux, Mike Lafleur, l’entraîneur national, veut avant tout voir le groupe évoluer dans les meilleures conditions. « Nous avons été retenus pour les prochains JIOI. Cette compétition est l’occasion de justifier notre présence dans deux ans. » Pourtant, les Réunionnais et les Seychellois, concurrents directs de l’école mauricienne, ne serviront pas uniquement de faire-valoir. « Nous avons connu une bonne préparation. Mais surtout, nous devons peaufiner notre stratégie pour l’avenir. »
Pour cela, Mike Lafleur s’appuiera sur un groupe qui a connu les deux dernières éditions de la Coupe de l’océan Indien (2014 et 2015). À ceux-là, on retrouve quelques jeunes talents, tous prometteurs, mais toujours en quête de compétition. « Il s’agit en fait d’envoyer un signal clair à nos éventuels adversaires. La meilleure façon de le faire serait de répondre présent au rendez-vous. »
Il y a trois ans, en effet, Maurice remportait devant les Seychellois la Coupe de l’océan Indien. « Mais en 2015, quelques soucis nous ont privés de la victoire. » Mais en 2016, les choses se passaient mieux, avec trois médailles d’or dans l’escarcelle de la sélection mauricienne. « C’est un peu une surprise, surtout contre les Seychellois qui évoluaient chez eux. Maintenant, il nous faut confirmer nos intentions chez nous. »
Si les supports traditionnels — laser radial, optimist et standard — seront de sortie la semaine prochaine, Maurice devrait également jouer ses chances en kite-surf, avec Julien de Falbaire chez les juniors, ou Julien Maurel chez les véliplanchistes. « Ce sont nos meilleures chances actuellement. Après, il y a ceux qui sont restés sur les supports traditionnels. » À savoir, les Tatiana Mathieu, Axel Florine, Adriano Merne et Obrayan Brasse en laser 4.7, ou encore Nehaz Rughoony et Michel Hosseny en optimist.
Pour avoir toutes les chances de son côté, la Mauritius Yachting Association a mis à la disposition de la sélection tout un lot d’équipements. « Nous tenons d’ailleurs à remercier le comité directeur pour son soutien. Nous avons réussi à figurer parmi les disciplines au programme des JIOI en 2019. Ce sera à nous de justifier la confiance placée en nous », conclut Mike Lafleur.