Plus qu’un mois avant la tenue de la Coupe de l’Océan Indien (COI), à savoir, l’un des événements des plus importants du calendrier d’activités de la Mauritius Yachting Association (MYA). Cette compétition réunira les Seychelles, La Réunion, les Maldives, Madagascar et Maurice, comme le pays organisateur. Six disciplines, soit le laser 4.7, standard, radial, optimist, planche à voile et kitesurf, sont inscrites à cette édition de la COI, qui se tiendra du 12 au 19 août à Grand-Baie, sauf pour les deux dernières où les planchistes et les riders seront en action à Anse La Raie.  
 Maurice se présentera à la compétition avec un maximum de représentants, soit pas plus de 25. Mais en attendant que la MYA finalise la sélection mauricienne, qui sera révélée entre le 20 et 25 juillet, l’accent est mis sur la préparation des barreurs. Ces derniers affûtent leurs armes en se concentrant pleinement sur les championnats nationaux de Maurice, ou d’autres compétitions. D’ailleurs, le week-end dernier, certains ont pu se mettre en évidence sur le plan d’eau de Grand-Baie, notamment O’Byan Brasse en laser radial, où il a remporté les deux courses qui étaient au programme de la deuxième journée du championnat. Ce qui porte son nombre de victoires à cinq depuis le début de cette année. Un sans faute de surcroit. Il est dès lors en tête du classement avec cinq points devant Michel Hosseny (5 pts). Dans la catégorie laser standard, Christopher Bon maintient le cap avec un total de six points. Il est auteur de quatre premières places et une deuxième en autant de sorties. En optimist, Jordan Emrit, avec huit points au compteur, est bien installé en haut du classement. Il a aligné six succès consécutifs depuis février.
Ces derniers— avec d’autres barreurs comme Axel Florine, Hemsley Lim, Adriano Merne, Yane Rioux ou encore Céline Baptiste et Tatiana Mathieu de la gente féminine — devraient sans doute faire partie de l’équipe nationale. La plupart des athlètes cités ont défendu les couleurs du drapeau national aux derniers Jeux des îles de l’océan Indien à La Réunion en 2015 et à la Coupe de l’Océan Indien aux Seychelles l’année dernière.
Pour l’entraîneur national Mike Lafleur, l’objectif est de remporter la compétition. « La préparation se passe très bien, dit-il. Les entraînements sont programmés le mardi, samedi et dimanche à Grand-Baie. Les conditions dans lesquelles nous nous entraînons sont très bonnes, les nouveaux équipements sont déjà rentrés, les barreurs ont grandi à tous les niveaux depuis les derniers Jeux des îles et la dernière Coupe de l’océan Indien. Maintenant ce sont les résultats qui comptent et qui confirmeront beaucoup de choses. Et bien sûre, l’objectif est de faire beaucoup mieux qu’aux Seychelles. »  
Le planchiste Julien Maurel devrait aussi être de la compétition, tout comme les kitesurfers Louka Pitot et Simon Lamusse, qu’on ne présente plus sur la scène locale. Les deux riders ont atteint une renommée internationale en quelques années.  
Pour rappel, en 2016 sur les eaux seychelloises, la sélection mauricienne, composée de 14 représentants, avait récolté six médailles, dont trois en or, deux en argent et une en bronze. Face à leurs rivaux, qui étaient nombreux dans chaque épreuve, ils ont su tirer leur épingle du jeu. En effet, en laser 4.7, la domination avait été Mauricienne. Le jeune Axel Florine avait réalisé une belle prestation pour rafler la médaille d’or devant son compatriote, Adriano Merne. Chez les filles, Tatiana Mathieu avait réussi son pari de conserver sa couronne après sa consécration en 2014 en laser 4.7. Julien Maurel en planche à voile avait également décroché une médaille d’or.