Les barreurs passent à l’étape supérieure ce week-end. En effet, le comité technique de la Mauritius Yachting Association (MYA) a décidé de passer les membres de la présélection au crible afin d’établir le groupe qui se rendra en août prochain aux JIOI à l’île de La Réunion.
Grand-Baie sera le théâtre d’une lutte pour une place en sélection. L’échéance réunionnaise, prévue du 1er au 8 août, se concrétisera pour certains et ne sera qu’un rêve pour d’autres. « À bien y voir, la présélection se comporte très bien. Ce sera difficile de choisir », analyse l’entraîneur national, Mike Lafleur, qui conduira probablement l’équipe à La Réunion.
La compétition se déroulera sur deux jours et concernera plus d’une quinzaine de barreurs, répartis en trois catégories. Est-il facile d’établir un pronostic ? « Oui et non. Oui, parce qu’on sait à peu près qui a été constant ces derniers temps. Non, parce qu’il peut toujours y avoir une surprise ». Surprise ou pas, il faudra que les barreurs se battent à chaque régate pour espérer se retrouver dans le groupe final.
Ainsi, on verra les barreurs s’affronter dans trois catégories, laser radial, standard et 4.7, qui seront au menu des JIOI réunionnais. Le comité technique sélectionnera 12 barreurs, plus trois réservistes, à partir de lundi. « Chaque catégorie aura un barreur en réserve. Il leur faudra se battre pour toutes les places », note Mike Lafleur.
Les deux journées se dérouleront chacune selon un format spécifique. Les inscriptions seront ouvertes samedi matin, dès 9h, avec la première mise à l’eau aux alentours de 10h. Les premiers à se jeter à l’eau seront les candidats en radial et en standard, qui seront en action le matin. L’après-midi, on retrouvera ceux qui seront à la recherche d’une place dans la sélection pour le concours de laser 4.7.
Dimanche, la matinée sera consacrée aux 4.7, alors que l’après-midi concernera le format standard et radial. On devra compter trois manches par journée pour chaque catégorie. « Nous voulons que les barreurs se donnent au maximum de leurs capacités. Pour cela, il faudra qu’il restent concentrés », avance Mike Lafleur.
La présélection a été mise sur pied depuis septembre dernier à l’issue de la Coupe de l’océan Indien, qui s’est tenue en août à Maurice. La MYA avait d’ailleurs annoncé que les choses bougeraient très vite après la compétition, qui avait réuni La Réunion et les Seychelles sur le plan d’eau de Grand-Baie. « Il est temps de passer à l’étape supérieure, parce que les JIOI approchent à grands pas et nous devons être prêts à temps ».
D’autant que les adversaires seychellois et réunionnais n’ont pas chômé non plus au cours des dernières années. « Les Réunionnais partiront avec l’avantage du terrain et les Seychellois avec l’expérience. Nous devons à tout prix être prêts à tous les niveaux. Nous ne visons que l’or », conclut Mike Lafleur.