La sélection mauricienne de voile mettra le cap sur La Réunion et les JIOI dans l’espoir de créer la surprise. Si on affirme que toutes les facilités ont été mises à la disposition des barreurs en vue de l’événement, on veut surtout miser sur l’effet de surprise, avec l’idée de faire mieux qu’en 2011 aux Seychelles, où Maurice avait récolté une médaille d’argent et une autre de bronze seulement.
L’entraîneur Mike Lafleur a procédé par étapes. Première manche : un rajeunissement de l’effectif. Une moyenne d’âge de 20-22 ans, sinon moins, pour l’équipe. Le but : donner du fil à retordre à l’adversaire, qu’il soit Seychellois ou Réunionnais. « C’est une équipe qui causera la surprise. Ils sont jeunes et ils sont bien préparés », affirme-t-il.
Pas si préparés que ça, à vrai dire. Une participation aux championnats d’Asie de voile qui a été mise sous éteignoir, par manque de fonds, a plombé la préparation des barreurs, qui comptaient sur le niveau asiatique pour s’aguerrir. « C’est bon, on ne reviendra pas là-dessus », lâche l’entraîneur.
Même s’il ne l’avoue pas, cette décision lui est restée en travers de la gorge. Il avait soumis sa démission dans la foulée, en précisant toutefois qu’il mènerait la barque jusqu’aux JIOI. Cela dit, Mike Lafleur s’est personnellement assuré de la préparation des athlètes, mettant sur pied un programme alternatif.
Ce qui a conduit la douzaine de barreurs à un stage d’une semaine à La Réunin sur le plan d’eau qui accueillera les compétitions de voile lors des prochains JIOI. L’occasion pour Mike Lafleur de voir l’étendue du travail qui lui reste à abattre en peu de temps, mais aussi de forger le caractère de ses protégés, un peu moins d’un mois avant les Jeux.
« Je voulais voir les athlètes en condition de compétition. Leur comportement leur a permis de rentrer avec un peu plus de confiance, mais aussi de savoir qu’ils ne partent pas battus d’avance ».
Il y a cependant de grandes inconnues que Mike Lafleur avoue ne pas maîtriser. Les adversaires, d’une part, et les conditions météo, d’autre part. « Quand on sait que les Seychelles ont toujours dominé la compétition, on peut se dire que les choses sont jouées d’avance. Moi, je suis convaincu que nos barreurs auront leur mot à dire ».
D’autant que, selon lui, les Seychellois partiront avec un gros handicap, qu’il ne mentionne cependant pas. « Ce ne sera pas facile pour eux. Ils devront être bien attentifs ». Même s’il place les Dallons en tête du classement des favoris, il a aussi une pensée pour les Réunionnais, qui feront tout pour remporter leurs Jeux. « Je n’écarte pas La Réunion. Je dis seulement que les plus forts, tant sur le plan physique que sur le plan moral, remporteront les Jeux ».
Un pronostic qu’il attribue à la jeunesse du groupe, même s’il ne veut avancer ni le nombre de médailles ni la couleur. « L’équipe de Maurice sera la surprise des Jeux. Nos barreurs connaissent le plan d’eau, ils ont repéré leur environnement et ils ont un mental d’attaque ».
Mais il base aussi son pronostic sur la préparation des barreurs en amont. Rien n’a été laissé de côté. « Quand je demandais d’aller en Asie, c’était pour les aguerrir. Mais nous avons pu trouver notre plan B ici, en intensifiant nos séances, puis en nous mesurant à nos adversaires directs ».
Même si les barreurs mauriciens ont été exposés à leurs adversaires immédiats, il n’empêche que Mike Lafleur n’a pas dévoilé toutes ses cartes. Ainsi, ce n’est qu’au dernier moment qu’il abattra ses cartes. En attendant, les barreurs s’entraînent sur le plan d’eau de Grand-Baie.